Endométriose, une maladie gynécologique méconnue

jeudi 17 mars 2016 Santé


Nombreuses sont les femmes qui souffrent de cette maladie, qu’elles estiment n’en être pas une. L’endométriose peut avoir des conséquences fâcheuses sur la fertilité des femmes.

L’endométriose est une maladie gynécologique assez courante chez la femme. Elle figure parmi les troubles gynécologiques les plus fréquents, environ 5 à 10% des femmes en âge de procréer en souffrent. Cette pathologie se manifeste le plus souvent par des douleurs menstruelles invalidantes, des douleurs lors des rapports sexuels ou des difficultés à concevoir. Les femmes qui en souffrent sont souvent mal en point, se tordent de douleurs et sont incapables de vaquer normalement à leurs occupations quotidiennes. Seulement, bon nombre de femmes considèrent que la douleur est naturelle et ont, de ce fait, du mal à aller consulter, alors qu’il en va de leur santé.

Pourle Dr. Jean-Marie Wenger spécialiste en gynécologie-obstétrique, « l’endométriose est l’une des causes responsables de stérilité chez la femme ». Ce dernier de rajouter « la cause de l’endométriose la plus connue est celle du reflux par les trompes dans la cavité pelvienne autour de l’utérus, là où des cellules comparable à celles de l’endomètre se développent anarchiquement. Des tissus en provenance de la muqueuse utérine surviennent pendant les règles. Aussi, il en ressort que l’endométriose semble survenir plus fréquemment chez les femmes de grande taille, de corpulence fine, avec un indice de masse corporelle bas. Aussi chez celles qui n’ont pas encore d’enfant ou qui ont habituellement des règles fréquentes et prolongées. Le risque d’endométriose semble abaissé chez les femmes qui ont eu plusieurs naissances ou qui allaitent de manière prolongée. Il se peut aussi qu’il existe une prédisposition familiale. Si une mère a souffert de l’endométriose sa fille a 7% de chance de souffrir de cette même maladie. Or si la mère n’a pas souffert le risque pour sa fille de souffrir de l’endométriose est de 1% ».

Au Gabon, cette pathologie est peu ou prou connue, alors qu’il s’agit bel et bien d’un problème de santé publique. Certaines femmes ignorent que ce désagrément survenant pendant la période menstruelle est une cause de stérilité qui peut être traitée médicalement. La seule prise d’antidouleur ne suffit pas pour soigner cette pathologie


MI

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs