Elections couplées 2018/ Ndendé : La mobilisation en demi-teinte !

mercredi 3 octobre 2018 Politique


Comme tous les coins et recoins du Gabon, la localité de Ndendé, chef-lieu du département de la Dola, offre une image des grands jours, non pas que les populations soient réellement à la fête comme pourraient le prétendre certains, mais simplement parce qu’il s’y joue l’avenir d’un des lieux les plus historiques qu’ait jusqu’aujourd’hui connu la République gabonaise, en raison d’une part de ses mystères supposés, mais aussi en raison de la lutte qu’ont réussi à y installer des filles et fils dont, officiellement l’ambition est d’amenuiser les souffrances des populations.

Ndendé, capitale du département de la Dola, représente à l’occasion des élections couplées, législatives et locales 2018, un des symboles de la démocratie au Gabon. Curieusement, l’on nous affirme à tout bout de champ qu’il est question d’une guerre familiale, les différents candidats étant liés soit par une affaire de clans, de tributs, de liens conjugaux et autres ou étant tous tributaires d’un même père idéologique pour ne pas dire politique quand ils ne se réclament pas d’un legs sanguin, ce qui n’a rien à avoir avec ce que l’on peut penser sur la base d’une première lecture consistant à avancer que le pouvoir se traduit de père en fils. Chacun et c’est de bonne guerre a mis comme il est affirmé les petits plats dans les grands, promettant aux « Ndendéens » qu’avec lui, l’avenir est assurément en confiance.

Mais là où les choses peuvent clocher, c’est lorsque le discours qui est presque le même, résumons-le en ces termes : « nous voulons et militons pour le développement du département de la Dola », ne répond pas ou presque pas à l’interprétation qu’en font les populations dont bon nombre affirment qu’elles s’interrogent sur le dessein de chacun des acteurs engagés dans la lutte en dehors du fait de reconnaître en certains d’entre eux le mérite de leur avoir de tout temps donner l’impression qu’ils sont liés en réalité au terroir par des liens historiques au sens où ceux-ci ne devraient en aucun cas souffrir d’une contestation parentale ou situationnelle dans le cas où ils ont des intérêts pour et sur le département. Dans Ndendé aujourd’hui plus qu’hier en quête de son histoire, la lutte est certes âpre, mais elle demande que tous et que chacun se regarde comme dans un miroir et reconnaisse lui-même les points qu’ils observent qui l’enlaidissent pour qu’il sache enfin quoi faire pour se donner une image plus reluisante.

A Ndendé, semble-t-il, ce ne sont plus les moyens financiers et matériels qui convainquent, mais le sentiment d’appartenir à une communauté et de surcroît de vouloir concrètement la servir non seulement avec les moyens dont on dispose mais aussi et surtout avec le cœur et la morale héritées des ancêtres, parce qu’ici, l’on insiste sur la valorisation de la tradition, eu égard au fait que la « civilisation » a fait perdre à nombre des fils de la localité et du département, ce qu’ils ont reçu d’éducation. Les élections couplées, législatives et locales actuelles, constitueront un véritable baromètre et pour la démocratie et pour ce que l’on peut penser des populations de Ndendé et au-delà de celles du département de la Dola. Peut-être, le Gabon se servira-t-il de cet exemple pour faire en sorte pour que l’on comprenne que le pays est à construire, département par département, et que cela commence qu’on l’on veuille ou non par une volonté affichée de faire que des solutions soient apportées pour qu’il y ait le sentiment que quelque chose bouge dans le sens de l’affirmation de l’idéal démocratique. A méditer…


De notre envoyé spécial à Ndendé, Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs