Elections couplées 2018/ Ndendé : Aujourd’hui plus comme hier !

lundi 8 octobre 2018 Politique


La Démocratie en tant qu’elle est l’expression populaire par excellence semble véritablement s’enraciner à Ndendé en particulier et le département de la Dola en général. Pour preuve, la récente bataille électorale nous démontre à suffisance que l’opinion émise par les populations se fonde sur le vécu quotidien. En même temps que les Ndendéens évoquent l’idée qu’ils s’opposent dans leur grande majorité à la gestion du Parti Démocratique Gabonais (PDG), le parti au pouvoir, ils ne s’empêchent pas de reconnaître en certains qui incarnent la formation politique, leur mérite.

Sans conteste, le Pédégiste Yves- Fernand Manfoumbi que l’on n’a presque pas vu apparaître durant la campagne électorale, en dehors du jour de clôture de celle-ci, place de l’indépendance à Ndendé, contrairement à ses chères habitudes, a été plébiscité, histoire de dire que si certains de ses frères ( Ndlr : à qui il a pour la plupart rendu d’énormes services), le donnaient pour mort politiquement, les populations, notables, sages, jeunes, âgés, femmes et hommes, elles, qui se sont ravisées, ont, semble- t- il, une fois de plus mesuré à quel point cet « enfant » attaché aux valeurs culturelles de son terroir, ainsi qu’il aime à se définir, était d’une grande utilité au moment où l’on évoque avec insistance l’idée très chère à Léopold Sédar Senghor de « civilisation de l’universel ».

Pas le fait d’une surprise alors lorsque le bureau de la Commission Gabonaise des Elections(CGE) nous apprend ici, après que nous ayons nous-mêmes assisté, du moins dans les grands centres électoraux, au dépouillement public des résultats , que le (capitaine) ainsi qu’on l’appelle ici affectueusement, entendez Yves-Fernand Manfoumbi, vient de réaliser non sans grande surprise un ras-de marée électoral, s’offrant un score de plus de 67% aux législatives devant l’indépendante Elza Boukandou dont le discours a accroché et convaincu une bonne partie de l’électorat (11, 63%) et le candidat d’Héritage et Modernité, Mouanga (7, 90%). Preuve s’il en faut qu’Yves-Fernand Manfoumbi a une nouvelle fois endossé son manteau de meneur d’Hommes : alors que nombre d’habitants de la Dola en étaient encore à douter de l’issue des locales, les tendances qui tendent à se confirmer donnent le PDG vainqueur dans le Département à plus de 60%.

De quoi mesurer le poids politique d’une formation politique, le PDG, contrairement à un passé récent dans le Département de la Dola, mais aussi et surtout celui d’un de ses fils, Yves-Fernand Manfoumbi, qui, de l’avis du grand nombre, fédère autour de lui au-delà des tendances ou des chapelles politiques comme pour réaffirmer à qui veut l’entendre que le PDG, ce n’est pas qu’un parti, mais surtout des Hommes mus par la ferme volonté de conduire le Gabon sur la voie de l’Emergence, s’appuyant sur la formule du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba : « Je ne serais heureux que lorsque chaque Gabonais sera heureux ».


De notre envoyé spécial à Ndendé, Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs