Education Nationale : Grosse frayeur au Secrétariat général !

jeudi 18 octobre 2018 Société & environnement


Excédés par l’inertie de leur tutelle, les enseignants du second degré, formés à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Libreville, attendent leurs affectations depuis janvier 2017. Lassés de cette situation, ils ont bandé les muscles ce jeudi 18 octobre courant et barricadé les accès du secrétariat général du Ministère de l’Education Nationale, pour manifester leur colère.

La quiétude du Ministère de l’Education Nationale a été perturbée aujourd’hui. En effet, les enseignants du second degré, (Ndlr : promotion 2017 de l’ENS), ont décidé de barricader les entrées et sorties du Secrétariat Général du Ministère. « Promotion ENS 2017 : Nous exigeons nos affectations. 271 enseignants assis à la maison », pouvait-on lire sur les banderoles retirées par la suite, après moult tractations. Cette action à en croire les enseignants remontés vise à interpeller les plus hautes autorités, la Présidence de la République étant à quelques encablures.

« On a soutenu depuis les mois de janvier et février 2017. Depuis plus d’un an, nous attendons nos affectations. De manière pacifique, nous avons entamé toutes les démarches pour s’enquérir de la situation depuis trois mois. Les autorités nous ont envoyé à la solde. La Solde à son tour nous a renvoyé au Budget. On ne comprend plus ce qui se passe. C’est la rentrée scolaire, il y’a des gens qui ont des enfants, d’autres qui sont mariés et sur qui les espoirs de toute la famille reposent. Nous n’avons plus de bourses depuis deux ans. Nous avons donc décidé de fermer le portail de notre maison mère pour attirer l’attention des autorités », a déclaré Eyi Ndong, enseignant du second degré de la promotion 2017.

Ce dernier de rajouter : « On est fatigué de patienter et tant qu’on ne trouve pas satisfaction on viendra ici chaque jours ». Par soucis d’équilibre de l’information, nous nous sommes rapprochés du Secrétariat Général du Ministère de l’Education nationale. Là-bas, nous avons été orientés vers la Direction Centrale des Ressources Humaines qui n’a pas daignée s’exprimer sur le sujet.


Pacôme IDYATHA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs