Education : Le Gouvernement passe à la vitesse supérieure !

lundi 6 février 2017 Politique


Devant la crise qui s’éternise dans le secteur de l’Education nationale, le Gouvernement envisage désormais de sanctionner les grévistes. Lesquelles sanctions vont à terme déboucher sur des radiations.

Si jusqu’ici, le Gouvernement était resté passif devant les grèves à répétions des agents publics, l’Etat compte désormais adopter des sanctions contre ceux qui entravent la continuité du service public. Cette mesure prise par le Ministère de l’Education Nationale concerne les enseignants grévistes. Une information livrée par le Porte-parole du Gouvernement Alain Claude Bilié By Nzé lors de sa dernière conférence de presse tenue en début de week-end écoulé. Pour le membre du Gouvernement, « si le droit de grève est garanti par la loi, il demeure cependant que toute entrave au fonctionnement du service public constitue une violation du principe de continuité du travail ». Ainsi, les agents publics irréguliers, n’exerçant pas leur tâche, s’exposent à des sanctions disciplinaires sans préjudice et procédures pénales.

Le Gouvernement veut remettre de l’ordre dans le secteur de l’éduction miné par des grèves répétitives sur l’ensemble du territoire national. « C’est une situation qui ne saurait perdurer d’autant plus que le gouvernement de la république travaille au règlement des problèmes dans un contexte économique difficile », a lancé Alain Claude Bilié By Nzé. En effet, explique ce dernier « la note circulaire rappelle également que c’est l’exécution du service public qui donne droit à la juste rémunération de l’agent. Or, malgré l’interruption du service observée par certains agents, l’Etat continue d’assurer le paiement des salaires honorant ainsi sa part contractuelle. C’est pourquoi le Ministre de l’Education Nationale, conformément à la loi a décidé d’appliquer des sanctions ». Et pour ce faire, les autorités de tutelle comptent appliquer toutes les sanctions prévues dans les différents textes à savoir la suspension de solde pour les personnels absents de leur poste de travail sans justificatif, la mise en place d’un conseil de discipline voire la radiation, et ce, sans consultation des instances disciplinaires en cas d’abandon de poste sans motif valable pendant trois mois consécutif, conformément à la loi.

Pour garantir le suivi de cette mesure, le Porte-parole du Gouvernement traduisant la note circulaire du Ministère de l’Education Nationale, annonce la mise en place d’une opération régulière sur toute l’étendue du territoire de pointage quotidien des agents présents et absents de leur poste de travail. Voici une posture qui pourrait corser la relation déjà tendue entre les autorités de tutelle et les agents grévistes.


Michaël Moukouangui Moukala

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs