Edito : Venezuela, bel exemple de démocratie !

lundi 18 février 2019 Speciales


Nous allons tout au long de notre exposé, nous abstenir de citer nommément des personnalités pour des raisons de décence morale. Le pays que nous prenons en exemple pour illustrer notre propos est plus que révélateur de ce qui se passe assez souvent dans le monde où les « maîtres » enseignent pourtant avec insistance aux « élèves » que le meilleur des systèmes politiques est celui qui place la population au centre de ses préoccupations et fait alors d’elle le décideur suprême et incontournable. C’est tout le sens conféré à la primauté de l’Assemblée nationale dans les pays qui se respectent. Et ; c’est le cas du Venezuela en attente du renouvellement de cette chambre du parlement. Seulement, une chose nous horripile, nous allons la traduire à travers la réponse à une question toute simple : « est-il utile à un pays de songer au renouvellement de ses institutions quand le peuple, lui, croupit dans la misère ? ». Question, semble-t-il idiote et dépourvue de sens quand on sait l’importance qu’il y a pour un État démocratique surtout de se doter dans le respect des textes de ses institutions, mais question qui mérite cependant qu’on lui accorde un minimum d’intérêt. Allons-y tenter de comprendre pourquoi.

Nous savons le principe journalistique du « mort kilométrique » valable sous tous les cieux tant les Hommes se montrent naturellement et instinctivement préoccupés d’abord par ce qui se passe non loin d’eux, avant que d’ensuite chercher à savoir ce qui se déroule ailleurs. Mais, bien de similitudes et l’avènement de la communication alocalisée, symbolisée par internet qui fait de la terre un village, (Ndlr : « le village planétaire » de Marshall Mac Luhan), font que l’on en vienne à concevoir l’évènement d’ailleurs comme celui nous concernant directement. Les chefs disent tous être venus aux affaires par la volonté du peuple et pour se mettre à son service, cependant l’exercice du pouvoir nous conduit le plus souvent à remarquer qu’ils sont plutôt là pour imposer leur dictat audit peuple qu’ils soumettent à leurs désidérata et ne manquent pas de punir au cas où ceux-ci ramaient à contre- courant de leur volonté.

Aujourd’hui, le vécu des Vénézuéliens s’apparente à quelques exceptions près à celui d’autres communautés humaines disséminées sur la planète. Elles ont en effet de commun avec ces derniers, la faim, la maladie, le chômage, la dictature et sont même privées de l’aide internationale par un régime dont le seul souci est de se maintenir aux affaires, mais qui a malgré tout contre lui ce que l’on qualifie de communauté internationale, composée en grande partie des pays pour qui « le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple » est plus qu’une notion cardinale. Seuls les non-initiés peuvent d’emblée admettre que l’opposant autoproclamé président nourrit de très bonnes intentions, car la politique du « ôtes-toi que je m’y mette », on la connaît pour ne l’avoir pas suffisamment expérimenté. Ce qui ne signifie en aucun cas que nous doutons de ses capacités à changer le destin de ses compatriotes, mais simplement le renseigner sur ce que nous avons souvent observé pour que nos avis lui servent de balise.

Et pourtant…

Celui qui est accusé par une bonne frange de la population de se foutre du peuple et d’en faire à sa guise, l’accablant et l’appauvrissant en maintenant son train de vie dispendieux intact, s’il ne l’améliore pas quoiqu’étant en période de récession, bénéficie encore du soutien d’une autre partie de compatriotes aveuglés ou non, cela reste à prouver, ce qui logiquement pose une question de conscience : « les peuples ou certaines de leurs composantes ne méritent-ils en vérité que les dirigeants qu’ils ont ? ». Certes, il peut être admis que quelqu’un ou qu’un groupe d’individus soutienne un dirigeant en raison non pas du partage des mêmes idéaux, mais surtout parce qu’il se sent proche de lui par des facteurs tels la géographie, l’ethnie ou la fratrie, mais de là à donner l’impression que l’on perd la boussole…Ce qui se passe au Venezuela ne semble épargner personne puisque l’inflation frappe toutes les couches tout comme la faim s’est installée dans tous les foyers, alors que la manne pétrolière continue de servir des dirigeants de plus en plus gloutons et débarrassés visiblement de tout sentiment altruiste qui devait plutôt les grandir.

Mais, c’est ici le lieu de se demander s’ils ont encore des oreilles pour entendre et surtout des consciences pour leur faire entendre raison. Les États-Unis et l’Union européenne qui prennent fait et cause pour l’opposant autoproclamé constituent-ils la solution au mal vénézuélien ? Eux, s’intéresseraient apparemment à l’aspect politico- économique de la question. Ils ont besoin d’alliés avec qui commercer et susceptibles de ne pas constituer une entrave à leurs plans hégémoniques, serait-ce, vu de la sorte, le peuple vénézuélien qui les préoccupe au premier chef ? Cette question, les Vénézuéliens, eux-mêmes, devraient se la poser pour qu’ils n’aient pas l’impression le lendemain d’avoir déshabiller Paul pour habiller Pierre, enfants de même acabit. C’est ici que le sujet devient d’une pertinence universelle puisqu’il nous recommande tous, autant que nous sommes, de réfléchir aux choix que nous opérons et à la lecture que nous avons des évènements qui se déroulent chez nous. Mais, une chose reste réelle, c’est qu’ils ont leur destin en main et que l’avenir du Venezuela ne dépendra que de ce qu’ils voudront qu’il soit au nom du sacro-saint principe « vox populi vox dei », entendez « la voix du peuple, c’est la voix de Dieu » !


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs