Edito : Se réaliser ?

lundi 22 mai 2017 Speciales


Plus les jours passent chez nous, plus l’on se rend compte que les populations sont victimes de l’effet mode. C’est-à-dire de tout ce qui est importé ou du luxe et du lucre, à tel point que ce qui constituait, il y a encore un temps, l’essentiel des valeurs communautaires semblent s’évanouir. En un mot, l’homme cesse de réfléchir, non pas que cet exercice ait complètement disparu des habitudes, mais simplement qu’on ne lui donne plus la place qui devrait lui revenir pour privilégier les apparences.

« L’homme est ce qu’il est et non ce qu’il a », entend-on souvent dire ci et là. Il semble que cette formule familière n’ait encore pas suffisamment de résonnance aux oreilles d’une bonne part de citoyens chez nous où chaque jour que Dieu fait, l’on assiste à l’enrichissement illicite de certaines gens qui s’affichent sans pudeur, narguant leurs voisins dont certains sont frappés de stupéfaction. La question qui vient à l’esprit de nombre d’entre eux est bien celle de savoir qu’est-ce qui peut participer en un si petit laps de temps à l’ascension de certains de leurs compatriotes et à quel prix ils obtiennent leurs biens.

Evidemment, il viendra à l’esprit de certains d’entre eux qui affichent des faiblesses, de suivre la voie empruntée par ces derniers quitte à ce qu’ils subissent les pires humiliations. C’est que de plus en plus nombreux sont les gens, femmes et hommes, qui choisissent la voie de la facilité, oubliant la fameuse phrase biblique « tu mangeras ton pain à la sueur de ton front ». Le goût de l’effort n’habite aujourd’hui que très peu de personnes, la majorité s’intéressant aux formules garantissant l’enrichissement immédiat ou à court terme. « homo cognosco te ipsum », « homme connais-toi, toi-même ! », disaient les latins, comme pour inciter les êtres humains à ne point se contenter que de ce qui cultive le paraître, mais de plutôt veiller à la construction de leur être qui passe par l’affirmation de leur culture qui est, selon François Sagan, ce qui reste quand on a tout oublié.

Dans un monde où l’on parle avec insistance de mondialisation et de globalisation, le souhait est que, comme le suggérait Léopold Sédar Senghor, chaque peuple accède au rendez-vous du donner et du recevoir. La question est celle de savoir comment ? La réponse, elle, ne devrait pas se faire attendre, car elle consiste à s’interroger sur les moyens dont dispose chaque peuple sur la planète pour être visible aux yeux des autres, mériter considération, faire des émules au besoin, si ce n’est servir d’exemple. Ce n’est pas en se parant des plus beaux habits que l’on le fera, mais plutôt en montrant comme ont déjà su le faire les nations émergentes du sud-est asiatique pour ne citer que ces cas, de quoi on est capable et quel est notre savoir faire. Cela nous impose d’être des compétiteurs en commençant par nous forger une attitude, un tempérament et une culture qui sied aux ambitions que l’on s’est données.

Or, aujourd’hui et de plus en plus, nous remarquons que certaines gens plutôt que de veiller à asseoir leurs assises culturelles quitte à ce qu’elles servent par la suite leur développement socio-économique, s’arcboutent sur des considérations bassement matérialistes qui les conduisent à adopter des comportements blâmables, frisant le ridicule. Certains allant jusqu’à assécher les finances publiques en toute impunité parfois. Si nous devons être citoyens du monde, c’est à nous qu’il appartient également de comprendre pour le mettre en pratique qu’il n’y a pas meilleure façon de s’illustrer aujourd’hui qu’en montrant à la face du monde qu’est-ce que nous valons et que peut attendre le monde de nous. Se parer d’or ne suffit pas, ne dit-on pas que « l’habit ne fait pas le moine ? ».


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs