Edito : Responsabilité et Finalité !

lundi 21 novembre 2016 Speciales


Pas le fait du hasard si ces deux mots sont ici placés côte-à-côte. Souvent sous nos cieux, des femmes et hommes sont pressés d’accéder à des niveaux de responsabilité, sans trop se poser la question de savoir qu’est-ce qu’ils représentent, quel doit donc être leur engagement vis-à-vis de la communauté et s’ils sont capables intellectuellement, physiquement et même mentalement d’affronter les défis liés à l’exercice de leur fonction. Par expérience, nombre d’entre eux y arrivent comme cheveu dans la soupe !

Certes, les critères de choix, ce n’est pas souvent cela qui importe sous nos cieux, pour nommer quelqu’un à un poste de responsabilité, mais encore faut-il que l’on s’interroge sur les véritables intentions des femmes et hommes qui postulent ou rêvent d’y accéder, avant que d’en faire des commis de l’Etat comme on les appelle communément. Dans les corps habillés, l’on parlait à l’époque de nos parents « d’enquête de moralité ». Il est cependant vrai que comparaison n’étant pas raison, nous sommes loin d’égaler les Etats-Unis, encore moins la France dans certains domaines relevant de la gouvernance, mais suffit-il à le remarquer pour baisser les bras et conclure au défaitisme ambiant tel que prôné par certains d’entre nous ?

Là- bas, la politique n’est pas un tremplin pour qui veut s’en mettre plein les poches, on y vient comme Donald Trump avec son patrimoine et est même tenté, ce qu’il a fait, de tourner le dos aux privilèges acquis sur le dos du contribuable. On arrive donc dans l’arène avec son projet de société, mais aussi avec des objectifs qui ne cesseront de hanter notre esprit tout au long de notre carrière au service de nos compatriotes et de notre pays. C’est cela le sens de la responsabilité que l’on recommande à tous ceux que cela dit de vouloir se lancer en politique. Hélas, l’on est loin de penser que c’est ainsi que nos politiques le conçoivent au vu de l’attitude qu’ils affichent de tout temps. D’où on les entend souvent dire « le mouton broute là où il est attaché ». Une formule qui les éloigne visiblement de leurs missions régaliennes et creuse le fossé entre eux et le peuple pour lequel ils sont sensés travailler ou si l’on veut au bonheur duquel ils sont appelés normalement à œuvrer.

Ils vont, mus par leurs idées, jusqu’à penser qu’ils sont inamovibles et qu’il n’y a pas, mais alors pas du tout de place de leur vivant pour la jeunesse, oubliant que la République est le cahier de toutes les générations sur lequel chacune d’entre elles devrait écrire son histoire et la léguer à la postérité. Plutôt que de servir, ces derniers passent le plus clair de leur temps à se servir, donnant l’impression qu’ils sont arrivés aux affaires avec de basses intentions mercantiles. Et lorsqu’ils quittent lesdites affaires, ils fondent pour la plupart dans la nature, le malheur avec eux comme s’ils n’avaient jamais flirté avec le pouvoir et amassé des biens conséquemment. Comment, alors que les siècles se suivent et ne se ressemblent pas, continuer à se conduire comme dans les temps passés ou la loi de la nature était hélas la meilleure ? Dire que l’on a connu et parcouru des œuvres édifiantes comme « Le Contrat social » de Jean-Jacques Rousseau et « L’Esprit des lois » de Montesquieu ?

Décidemment, il y’a urgence qu’il soit opéré une refonte des mentalités chez nous pour que chacun soit animé du désir de s’arrimer à la nouvelle donne et que le pays progresse. Car, c’est le développement de l’Homme qui conditionne celui de la société tout entière. Les Japonais nous l’ont maintes fois démontré depuis l’ère du Meiji jusqu’à nos jours, se situant, grâce au capital humain, au dessus de la mêlée et inscrivant leur pays au rang de nation développée aux côtés des Etats-Unis, de la Chine, de la France, de l’Allemagne et de bien d’autres encore.


Dounguenzolou

Vos commentaires

  • Le 21 novembre à 19:49, par Junior En réponse à : Edito : Responsabilité et Finalité !

    Les Japonais nous l’ont maintes fois démontré depuis l’ère du Meiji jusqu’à nos jours, se situant, grâce au capital humain, au dessus de la mêlée et inscrivant leur pays au rang de nation développée aux côtés des Etats-Unis, de la Chine, de la France, de l’Allemagne et de bien d’autres encore.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre à 19:32, par Julhiana En réponse à : Edito : Responsabilité et Finalité !

    La formule qui les éloigne visiblement de leurs missions régaliennes et creuse le fossé entre eux et le peuple pour lequel ils sont sensés travailler ou si l’on veut au bonheur duquel ils sont appelés normalement à œuvrer.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre à 09:54, par RG En réponse à : Edito : Responsabilité et Finalité !

    Le problème du Gabon est très bien expliqué dans cet article Le plus dur c’est le changement des mentalités. On doit arriver aux responsabilités avec des convictions des projets de société et des capacités intellectuelles permettant d’assumer la fonction pour l’intérêt de tous. Et il doit y avoir de la concurance. Tant que le grand nettoyage n’aura pas eu lieu le pays n’avancera pas.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs