Edito : Quel dialogue Union Européenne-Gabon ?

lundi 12 décembre 2016 Speciales


Selon certaines sources, le report maintes fois annoncé de la publication du rapport de l’Union Européenne serait lié, non pas à des raisons de calendrier, comme tendent à l’affirmer des responsables gabonais, mais plutôt à la préparation de l’esprit dans lequel cette mission doit être menée, les autorités de Libreville voulant voir Mariya Gabriel, se substituer à la Cénap et à la Cour constitutionnelle, qui ont tous deux proclamé Ali Bongo Ondimba, vainqueur de la dernière présidentielle, entachée, aux dires de plusieurs observateurs, de nombreuses irrégularités flagrantes.

Le Gabon a-t-il besoin de dialoguer avec une institution qui a un fonctionnement autre que celui reconnu à celles existant sous les tropiques, souvent aux ordres, point n’est besoin de le mentionner pour que cela soit compris, pour voir celle-ci publier un rapport qui est l’ensemble des observations faites par ses membres avant, pendant et après l’élection présidentielle querellée du 27 août 2016 ? La question est guidée par l’article du journal « Matin Equatorial » du 10 décembre dernier qui titrait à la « Une » : « En attendant le rapport de l’Union européenne », article dans lequel ledit journal évoquait la réception du Représentant-résident de l’Union européenne, Helmut Kulitz, par le Premier-ministre gabonais Franck Emmanuel Issoze-Ngondet, histoire de s’entendre, avance le confrère, sur les modalités de séjour de la mission conduite par Mariya Gabriel à Libreville officiellement dès aujourd’hui. La Démocratie commande que l’on colle la paix à des observateurs, quoique ceux-ci aient été invités par un gouvernement, car le rapport qu’ils doivent produire doit être conforme à leurs observations sur le terrain.

En d’autres termes, il faut que ledit rapport soit marqué du sceau de l’impartialité, car tout comme les représentants des différents camps et candidats au scrutin, ceux de l’Union Européenne ont dû se rendre compte de nombreuses anomalies qui méritent d’être publiquement dénoncées pour que le constat serve de leçon à tous ceux à qui il sera dans les jours à venir confié la mission d’organiser le vote, mais également aux candidats et aux populations qui les accompagnent par leur soutien, afin que leur conduite connaisse des améliorations susceptibles de faire éviter au pays, les périodes de crise souvent observées au sortir d’une élection présidentielle depuis l’avènement de la Démocratie dans les années 90. C’est en se regardant dans un miroir que l’Homme décèle ses formes, ne pas le faire revient à se surestimer et à considérer que l’on n’a rien à retoucher à son portrait, dire que tout être humain est imparfait tout en étant perfectible.

Le Gabon n’a pas besoin d’entrer dans une crise profonde dont les populations, encore elles, payeraient les frais, car n’ayant pas visiblement les moyens, même au temps des vaches grasses, de joindre les deux bouts, malgré l’abondance caractérisant leur pays, manifeste dans l’exploitation et la commercialisation de ses matières premières qui font dire à plus d’un que le Gabon est une petite Suisse, version tropicale. Il faut au départ que l’on comprenne que l’Union européenne, c’est l’affaire de dizaines d’Etats parmi les plus puissants au monde, attachés de surcroît à l’observation des valeurs démocratiques et que de cela dépend l’indépendance de ton de l’institution, même vis-à-vis des Etats membres. Le principe chez eux étant de corriger tout ce qui parait anormal aux yeux de la communauté et la menace d’instabilité. C’est à ce prix que l’on constate l’égalité de traitement entre les citoyens de cet espace et la propension de ceux-ci à se développer et à faire face aux défis que leur impose la mondialisation à laquelle personne ne peut aujourd’hui échapper, même en tentant de jouer les autruches. Alors, laissons venir les choses pour que nous apprenions à respecter les principes qui fondent notre société et sont sensés valoir de ce fait pour tous.


Dounguenzolou

Vos commentaires

  • Le 12 décembre 2016 à 08:49, par sergesdry En réponse à : Edito : Quel dialogue Union Européenne-Gabon ?

    bjr bien pour le report a plusieurs date,n a pas lieu d etre,puisque ça leur reviens de procéder comme il et de coutume a lattente de la population gbonaise.

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2016 à 13:40, par linda En réponse à : Edito : Quel dialogue Union Européenne-Gabon ?

    Le Président élu Jean Ping organisera son dialogue lorsqu’il sera au pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2016 à 13:50, par jolie En réponse à : Edito : Quel dialogue Union Européenne-Gabon ?

    Vous savez très bien que le terme “dialogue” étant le mot le plus utilisé aujourd’hui dans la sphère politico-gabonaise, à tort ou à raison, il crée la confusion, la controverse et la polarisation.

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2016 à 15:05, par eyang En réponse à : Edito : Quel dialogue Union Européenne-Gabon ?

    Jean Ping l’Echoue du 27 Août 2016 ne sait plus sur quel pied danser pour se remettre de leur échec. Il faut tout faire pour exister en vrai et non sur les réseaux sociaux ou il demeure le président du Gabon virtuel. Pitié.

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2016 à 15:12, par kathia En réponse à : Edito : Quel dialogue Union Européenne-Gabon ?

    Je souhaiterais que le dialogue prenne comme décision la démocratisation du Gabon,Retour aux scrutins à deux tours,
    Élections des juges constitutionnels par les magistrats.
    Entrée sur concours à la fonction publique.

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2016 à 15:20, par florence En réponse à : Edito : Quel dialogue Union Européenne-Gabon ?

    Nous sommes tous dans l’attente des résolutions de ces états généraux de l’opposition radicale.

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2016 à 15:30, par mengue En réponse à : Edito : Quel dialogue Union Européenne-Gabon ?

    Il y’a un seul et vrai dialogue c’est celui proposé par le président de la république, le seul habilité à faire bouger les lignes le reste n’est que distraction maintenant si l’oposition veut se réunir avant d’aller voire le président ce n’est pas un dialogue c’est une réunion des points à évoquer pour le dialogue du seul et unique président de la république élu par les gabonais Ali.

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2016 à 15:33, par mengue En réponse à : Edito : Quel dialogue Union Européenne-Gabon ?

    Il y’a un seul et vrai dialogue c’est celui proposé par le président de la république, le seul habilité à faire bouger les lignes le reste n’est que distraction maintenant si l’oposition veut se réunir avant d’aller voire le président ce n’est pas un dialogue c’est une réunion des points à évoquer pour le dialogue du seul et unique président de la république élu par les gabonais Ali .

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs