Edito : Le Gabon a- t- il une culture ?

lundi 9 mai 2016 Speciales


La question pour banale qu’elle puisse paraître, suscite nécessairement des interrogations, eu égard au niveau de perméabilité atteint par ce pays d’Afrique équatoriale qui tarde à construire son propre modèle ou tout simplement à le perpétuer si l’on tient compte du fait que la culture, comme le disait François Sagan, « est ce qui reste quand on a tout oublié ».

Pour ceux qui voudront répondre à la question que nous posons au premier degré, la difficulté sera celle de ne pas comprendre que tout peuple a certes une culture, tout comme chaque pays se distingue d’un autre par son substrat, ce qui lui colle à la peau et fait l’originalité de ses habitants pris dans l’ensemble, mais que ce n’est pas sous tous les cieux que cela est vécu de la même manière.

Comme quoi, il peut exister partout un ministère chargé de la Culture dont les missions sont de mettre en place les politiques du gouvernement en la matière, mais encore faut-il qu’il joue pleinement son rôle pour intéresser les citoyens et les amener s’approprier leurs œuvres ou leur patrimoine culturel. Combien de fois en ce qui concerne ce petit pays d’Afrique équatoriale n’a-t-on pas évoqué le manque de musée digne de ce nom, alors que l’on sait l’importance d’une telle institution dans la consignation et la vulgarisation des œuvres culturelles ?

Combien de fois ne s’est-on pas plaint du peu de considération dont jouissent les créateurs des œuvres de l’esprit pour ne prendre que ce cas au demeurant patent ? Combien de fois n’a-t-on pas entendu des gens se plaindre du fait que les autorités en charge de la question n’arrive que très tardivement à la réflexion sur le règlement des problèmes qui assaillent l’univers culturel ? Bref, autant de sujets que l’on ressasse çà et là, mais qui semblent n’avoir pas encore avoir été pris au sérieux. Quand l’on prend des pays comme le Sénégal, le Bénin, le Congo, la RDC, pour ne citer que ces cas, il est plausible d’avancer qu’il y a chez les communautés qui les peuplent, un dénominateur commun en dehors du fait qu’elles vivent sur le même territoire, c’est qu’il y a quelque chose sur laquelle elles vivent les mêmes instants. Par exemple, le manger, le danser, le parler, etc., n’est- ce pas là un atout pour l’affermissement du « vivre ensemble » ?

Le Gabon à la remorque ?

Dans ces pays que nous venons de citer, tout est valorisé, depuis la langue jusqu’au modèle vestimentaire et de vie, nous allions dire au comportement. Alors qu’au Gabon, l’on devrait toujours s’inspirer de ce qui vient de l’extérieur pour tenter de construire son être. D’où l’on constate une certaine porosité de la société que ne viennent pas casser des programmes ou des propositions allant dans le sens de la pérennisation de l’existant.

Que représente pour le commun des Gabonais un Papé Nziengui, détenteur des valeurs tsogo, face à un artiste traditionnel congolais dont les œuvres sont magnifiées par les autorités et les populations de son pays ? Elle est manifeste, l’absence dans nos villes capitales, Libreville et Port-Gentil, de lieux de spectacle par exemple où l’on peut venir aisément découvrir non seulement ce qui nous vient de l’extérieur, mais aussi et surtout notre patrimoine. C’est qu’en dehors des effets d’annonce, le gouvernement doit passer à l’accomplissement d’actes susceptibles de nous amener penser qu’il y a finalement chez lui au-delà d’une volonté, une véritable manifestation du vouloir passer aux actes concrètement et c’est, nous croyons, à ce stade que l’attendent les populations.


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs