Edito : La réminiscence des temps anciens !

mardi 30 août 2016 Speciales


Les Gabonais, du moins ceux qui ont vécu les folles années d’entrée de leur pays dans le système démocratique, se souviennent encore de l’élection présidentielle de 1993 aux résultats controversés qui avaient alors conduit la classe politique gabonaise aux accords de Paris. Aujourd’hui, l’on pourrait comparer la période que l’on traverse à celles déjà vécues en ces temps-là, avec cette particularité qu’elle présente des populations attendant d’être confirmées dans leur vote afin de leur éviter de reprendre la rue, réclamer ce qui leur confère la qualification de citoyen et les droits de citoyen.

Depuis que samedi dernier, les Gabonais ont répondu à l’appel de la classe politique en se rendant massivement aux urnes, l’atmosphère semble lourde, non pas seulement avec le retour des pluies, mais aussi et surtout par l’attitude qu’affiche le peuple face à ce qu’il convient d’appeler le respect de l’esprit démocratique qu’il veut voir de mise lors de la proclamation des résultats.

C’est dire que les Gabonais qui ont tenu à remplir leur devoir de citoyen dans le but essentiellement de presser le changement au sommet de l’Etat si l’on en croit les procès- verbaux auxquels nombre d’entre nous ont eu accès dans les bureaux de vote visités et à travers les réseaux sociaux, ce qui cette fois- ci n’est pas un leurre comme veulent le faire paraître certaines personnalités que la vérité trouble, n’entendent pas, à l’instar des années précédentes, qu’une action quelconque vienne faire fi de leur engagement à combattre le système Bongo. C’est du moins ce que l’on peut entendre partout à Libreville et ce qui se dit, d’après de nombreuses sources sur toute l’étendue du territoire national.

Nous avons voulu et appelé la Démocratie de tous nos vœux, au prix de sacrifices à certains moments de notre vie politique, il est désormais question d’en faire bon usage ! Cela constitue tout simplement une invite à tous les citoyens du pays, aux hommes politiques surtout, pour qu’ils se conforment aux principes régissant ce modèle de gouvernance.

En s’interrogeant profondément, à la lumière de ce qui se passe ou s’est déjà passé sous certains cieux, sur ce qu’il advient lorsque la voix du peuple est détournée. Encore qu’aujourd’hui plus qu’hier, la science permet d’être renseigné en heure et temps réel sur ce qui hier prenait des jours, voire des mois à être connu de tous. Il n’y a pas lieu pour ses propres appétits d’amener le peuple à se transformer en chair à canon car partout il y a, lorsque des élections sont organisées, un vainqueur et un vaincu et des pays comme le Ghana, le Sénégal, le Bénin… nous ont donné la preuve de leur loyauté vis- à-vis du peuple lorsque celui-ci a décidé de changer le fusil d’épaule. C’est ce que l’on demande à tous les autres Etats lorsque des preuves tangibles et palpables, nous dirions même accablantes, viennent démontrer qu’un candidat plutôt qu’un autre a réussi à coaliser les populations autour de son projet de société, nous allions dire de ses ambitions pour son pays.

L’atmosphère qui prévaut malgré tout après une élection peut se justifier par ces quelques remarques émises plus haut qui peuvent être appliquées pour éviter plus de souffrance à des populations dont la majeure partie vit en dessous du seuil de pauvreté et est atteinte par une paupérisation galopante se traduisant par le développement du vice. Or, comme l’affirmait l’homme de lettres français Voltaire, « le travail éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le vice et le besoin ». Ceci pour insinuer qu’il faut aux politiques qui rêvent de gouverner leur pays, s’engager à travailler dans le sens d’une offre de l’emploi pour donner de la dignité à leurs compatriotes. Le chômage endémique serait à ce moment vécu comme une malédiction. Et c’est ce à quoi les grandes démocraties ont décidé de tourner le dos, en menant un combat farouche contre ce fléau déshumanisant.


Dounguenzolou

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs