Edito : Hypothèses ?

lundi 19 juin 2017 Speciales


Les Gabonais, du moins ceux que l’équilibre socio- politique de leur pays préoccupe au plus haut point, sont dans l’émoi depuis qu’il y a quelques jours des médias installés à Libreville : Africa N°I, TV+, Kanal7, et même Gabon Télévision, ont reçu la visite d’individus cagoulés se disant de la Direction générale des recherches, DGR dont on ignore jusqu’ici les raisons des agissements, mais qui avaient par devers eux un engin qu’ils ont présenté comme une bombe et un CD vidéo comportant un drapeau gabonais et la légende « La révolution du peuple ». Jamais un tel évènement ne s’était produit dans la capitale gabonaise, d’où les hypothèses émises par plus d’un.

Si l’on sait désormais comment les individus qui ont fait irruption dans les locaux abritant les médias suscités se sont comportés, on n’a encore aucune motivation sur les raisons qui ont poussé ces derniers à agir de la sorte et qui sont-ils réellement, ce d’autant plus que le climat sociopolitique prévalant dans le pays est des plus préoccupants depuis la sortie de la dernière élection présidentielle dont les résultats sont loin de faire l’unanimité, car continuant de constituer la pomme de discorde entre la majorité et l’opposition dite radicale.

Qui sont-ils, ces gens qui ont manqué de courage, décidant d’aller s’en prendre à des médias qui n’ont rien à avoir avec l’état de la nation dans la plupart des cas ? Au nom de qui et de quoi ont-ils agi, créant la psychose chez les agents qu’ils ont trouvés sur leur lieu de travail ? Quand on sait une mission de la Cour pénale internationale ? CPI, en route pour Libreville aux fins d’enquêter sur les violences postélectorales d’août-septembre dernier, n’y a-t-il pas lieu de se demander pourquoi une telle coïncidence entre un évènement qui se produisait pour la première fois et l’arrivée des missionnaires de la juridiction internationale ?

A qui profite l’acte lorsque l’on le juge ignoble et apparemment sans intérêt, ce d’autant plus que les évènements passés sont sans nul doute déjà connus du monde entier par le biais des réseaux sociaux surtout ? A moins que la justice internationale ait délibérément choisi de les minimiser. Ils, ces évènements, rappelons-le, interviennent après une déclaration de l’opposant Roland Aba’a Minko, suffit-il cependant de lier les deux pour rendre l’opposition responsable du « rodéo » ? Quand on remarque qu’il n’y a eu, malgré la nature de l’acte, aucune perte en vie humaine ou aucune agression physique, peut-on penser qu’un tel mode opératoire relève d’un groupe armé bien organisé et habitué à nuire ? Ou doit-on se résoudre à l’idée qu’il y a bel et bien des mécontents dans le pays qui aspirent à une et une seule chose, l’alternance au sommet de l’Etat ? Cette question bien entendu appelle une autre qui est celle de savoir qu’est-ce que dans ce cas ces derniers reprocheraient aux gouvernants ? Comment ces derniers perçoivent-ils ce message s’il est prouvé réellement que ce sont des mécontents qui ont choisi de s’exprimer de cette façon ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y’a lieu de prendre cet acte au sérieux, car il démontre à lui seul le manque de confiance qu’ont les Gabonais les uns envers les autres. Une situation qui devrait nécessairement trouver solution dans la mise en valeur de certains principes régissant la vie communautaire et civique. Le temps n’est décidemment plus à la parlotte, nous n’avons de cesse de l’avancer, il faut être à la fois réaliste et honnête pour ne pas faire à nouveau payer des innocents déjà frappés par le mal- vivre, leur lot quotidien. Mais en fait, pourquoi ne pas penser un instant à désormais délivrer à tout Gabonais un permis de port d’armes pour qu’il assure à temps sa propre défense, avant qu’il ne soit victime d’agression injustifiée ? La presse est-elle la mal-aimée ?


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs