Edito : Ces politiques sans familles !

lundi 31 octobre 2016 Speciales


Qu’il se nomme Obiang, Nkani, Moudouma, Onewin, ou encore Makouaka, l’Homme politique gabonais lorsqu’il n’est pas père ou mère de famille, comme Pierre et Albertine, et n’a non plus derrière lui du monde comme se présente cette « formation politique », devrait voir son statut revu. Cela permettra d’éviter l’amalgame si récurrent dans l’arène et donnant l’impression que l’on est dans une véritable foire.

Que de discours n’a-t-on pas entendu des bouches d’Hommes politiques lorsqu’il s’agit de se justifier pour légitimer une prise de position, une démarche ou encore la sollicitation des suffrages d’une communauté lors d’une élection ! « La politique nourrit son homme au Gabon » se plaît-on à nous rappeler, ce qui est loin d’être faux, tant ceux ou la plupart de ceux qui s’y sont essayés ont eu gain de cause, allant même jusqu’à bâtir leur fortune sur l’exercice de cet art au demeurant noble. On entend d’ailleurs et à juste titre parler ici d’opposants alimentaires qui vont à la soupe sans vergogne, mais éprouvent, grande est notre surprise, un désir intense d’être adoubé par leurs compatriotes, même ceux qui ne « conjuguent pas le même verbe qu’eux ».

Que ceci se fasse avec des politiques qui ont pignon sur rue au sens où leur formation est représentative sur le terrain et où ils trainent un projet de société fiable susceptible de convoquer du beau monde autour de lui, cela se comprend, mais qu’en est-il, comme c’est souvent le cas au Gabon, de ceux qui ne remplissent pas ces conditions préalables ? La question est ici de savoir s’il faut que les autorités compétentes ne reviennent pas à un contrôle assidu sur les modalités de création d’un parti politique pour qu’enfin, ce petit pays d’un peu plus d’un million huit cent mille habitants ne continue pas de ressembler à cette foire où tous sont avec vous sans être avec vous.

Constat qui facilite les gesticulations des uns et des autres et rendent difficiles jusqu’aux opérations électorales. Quelqu’un qui ne compte en vérité qu’une voix au bas mot lors d’une consultation électorale se retrouve sur le même piédestal que celui qui rassemble à perte de vue, parfois sans opérer le moindre miracle, c’est-à-dire acheter les consciences au moyen de pots de vin ou par le truchement de la corruption par exemple, cela parait-il normal lorsque l’on sait qu’ils vont tous deux se retrouver à discuter avec la même hargne des histoires du pays sans en avoir la légitimité dans le cas du premier cas cité ?

Que faut-il pour tenter de rétablir l’équilibre en pareille circonstance si ce n’est demander aux autorités compétentes de prendre leurs engagements et de contraindre les uns et les autres à les suivre sur la voie qu’ils auront tracé. Aux Etats- Unis, non pas qu’il n’y ait pas de partis lilliputiens, mais dans l’arène s’affrontent les deux plus grands que sont les Républicains de Donald Trump et les Démocrates d’Hillary Clinton, sans que cela n’émeuve personne, outre mesure. Pourquoi ne pas s’inspirer d’eux pour non seulement donner une meilleure visibilité aux Gabonais, mais aussi et surtout éviter les querelles survenant après toutes les consultations électorales, car cela aurait le mérite de mettre chacun des candidats devant la réalité, l’implacable cette fois ?

Même si la République est qualifiée de République du partage, encore faut-il savoir qu’est-ce que l’on partage et avec qui, il ya sous d’autres cieux d’autres mécanismes pour arriver à cet idéal, mécanismes fondés sur la solidité des institutions elles- mêmes. L’on nous a toujours appris que la famille est la plus petite des cellules sociales. Partant de ce postulat, comment admettre que quelqu’un qui n’en n’a pas en termes biologique ou politique, pèse sur l’échiquier au même titre que celui qui en a ?


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs