Echanges commerciaux : Ces pays qui commercent avec le Gabon

lundi 15 octobre 2018 Economie


En Afrique, la mondialisation des échanges a donné lieu à un déclassement des positions économiques au profil des économies émergentes. Une nouvelle tendance de coopération dont bénéficie le Gabon. Un mal pour les partenaires historiques !

Il y a plusieurs années, du fait de l’emprise des puissances coloniales sur les pays du continent, les nouveaux partenaires de l’Afrique étaient perçus comme des simples « Partenaires économiques ». Aujourd’hui, avec la nouvelle tendance des échanges au niveau mondial, marquée par l’essor des pays autrefois émergents, une nouvelle configuration des relations économiques internationales se créé au profit des pays du sud dont le Gabon. Plus que des simples « partenaires économiques », les nouveaux « faiseurs de l’Afrique » sont désormais perçus comme des « Partenaires privilégiés » au développement du continent.

Cette nouvelle configuration est un mal en soi pour les partenaires historiques comme la France qui perdent progressivement du terrain dans certains pays comme au Gabon. Ces pays sont, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, la Malaisie et bien d’autres qui au fil des années, sont parvenus à se faire une place sur le marché africain. Ensembles, ils font le jeu du commerce extra africain et participent pour beaucoup à la croissance économique du continent en ayant des participations dans plusieurs domaines d’activités comme la filière bois, le pétrole, l’agro-industriel, le manganèse et bien d’autres produits.

Très représentatifs dans la demande nationale en produits naturels, aux côtés de quelques Grands comme la Grande Bretagne, leur ancrage avec d’autres pays développés dans les échanges commerciaux représente selon les statistiques de la Direction générale des douanes et droits indirects, plus de 1159 milliards de francs CFA au premier semestre 2018 contre 1059 milliards de francs CFA au cours de la même période en 2017. Ce cumul financier est porté essentiellement par la demande donc, les exportations en produits naturels non transformés. Ce nouveau partenariat malgré les faiblesses observables semble faire du bien aux économies du sud.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs