En ce moment

Dons en période électorale : Quand les politiques s’y mettent !

vendredi 27 mai 2016 Politique


Groupes électrogène, vivres alimentaires, fontaines publiques, passerelle, etc…Bref, ces dons, souvent offerts par des membres du gouvernement et autres acteurs politiques, pour la plupart au pouvoir, sont souvent présentés aux populations comme des actions du Président de la République.Si la pratique n’est pas mauvaise, elle remet toutefois en cause les missions régaliennes du gouvernement. Lequel gouvernement a la lourde tâche d’œuvrer au bien-être des populations.

C’est la tendance de plus en plus prégnante au Gabon, la « présidentialisation » de dons par les ministres et autres membres du giron présidentiel, qui ont de plus en plus de mal à se défaire de l’évocation du nom du Chef de l’Etat, lors des remises de présents aux populations dans leurs bastions respectifs. Pour un groupe électrogène ou une passerelle, ou encore une fontaine publique dans un quartier, le nom du Président de la République est forcément évoqué. Ce dernier est toujours présenté comme l’instigateur et initiateur du geste, et ce, bien avant le magistère d’Ali Bongo Ondimba.

Ce qui pose le problème des missions du gouvernement ! A moins de prouver le contraire, le gouvernement doit veiller au bien-être des populations. Lesquelles populations, au regard de la tendance semblent ne trouver leur salut quotidien que dans la « charité » des gouvernants, qui, en lieu et place d’une action gouvernementale crédible, s’adonnent à ladite pratique. Plus grave, c’est que cette charité ministérielle agissante connait des pics extraordinaires en période électorale. Ce qui fait penser à de nombreux observateurs de la sphère politique que cette générosité gouvernementale est comparable à un achat de consciences voire des voix par les membres de l’exécutif, avec en prime une forte instrumentalisation du nom du Président de la République.

Toutefois, cette charité emblématique, si elle peut contribuer au soulagement des populations, fut-il momentané, pose un problème d’objectif visé par les donateurs. Surtout en période préélectorale où tout semble être interprété comme moyen de cooptation des bénéficiaires. Ce qui peut s’apparenter à une sorte de corruption électorale. Laquelle corruption est loin d’être le seul apanage de la majorité en cette période où les effluves de la présidentielle naissante semblent convaincre tous les prétendants au fauteuil du Premier Magistrat gabonais, de développer des stratégies de toutes sortes, afin de séduire au mieux l’électorat. Et de paraître ainsi comme le plus gentil, sinon le plus charitable de tous, ne serait-ce que pour un moment.

Sauf que le phénomène tel que développé par le gouvernement laisse croire qu’il ne s’agit là que d’un « échec » des ministres et autres alliés, qui faute d’asseoir une stratégie fiable de la gouvernance publique,n’ont préféré que la médiatisation des dons.


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs