Discours à la Nation : Quand l’opposition s’en formalise…

mercredi 22 août 2018 Politique


Comme de tradition, Ali Bongo Ondimba, en sa qualité de Président de la République, s’est adressé à la nation le 16 août dernier en prélude au 58e anniversaire de l’indépendance du Gabon, le 17 août 2018. Si l’allocution entre dans la coutume de la fête nationale, en choisissant de critiquer ouvertement les organisations syndicales qui s’opposent à son plan d’austérité, le Chef de l’Etat gabonais n’en a pas moins choqué l’opposition qui dénonce le cynisme d’un homme cherchant à diviser le pays. Et à museler ainsi le droit syndical.

Si dans la majorité, le gouvernement s’empresse de saluer un discours novateur, qui rompt avec les vieilles mentalités rétrogrades pour le développement du pays, l’opposition, elle n’en démord pas. Deux raisons essentielles justifient ce coup de sang de l’opposition qui fustige l’attitude « divisionniste » d’Ali Bongo Ondimba. La première, selon le locataire du palais du bord de mer qui ne s’appuie que sur les données de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), il y aurait eu, depuis le début de l’année, une hausse de plus de 5000 emplois.

Des chiffres qui font pâlir le président de l’ONG Brainforest, Marc Ona Essangui, pour qui, ces chiffres seraient complètement déconnectés de la réalité. Et pour cause, la CNSS n’est pas un office d’emploi et ne saurait par conséquent être en mesure de situer l’évolution de la courbe du chômage au Gabon. En se focalisant sur les simples déclarations des entreprises à la CNSS, Ali Bongo qui refuse de reconnaître son échec en matière du chômage, essaie tant bien que mal de faire diversion en allant citer des chiffres d’une institution non compétente en matière de données de l’emploi.

La deuxième raison qui fait rugir l’opposition est la critique faite par Ali Bongo aux syndicats opposés aux mesures d’austérité adoptées par son gouvernement pour relancer économie nationale. Dans son discours, l’homme n’a pas manqué de taxer ces syndicalistes de ’’spécialistes de la critique systématique’’. Pire, il les prend pour une infime minorité. Ce qui signifie que pour Ali Bongo, ces mesures seraient populaires, sans toutefois indiquer les preuves de cette popularité pourtant discutable. Signe que le déni de la réalité est considérable. Voilà qui fait réagir le porte-parole de Jean Ping (Ndlr : s’il l’est encore bien sûr), Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, accusant le président gabonais de vouloir diviser les Gabonais entre eux, alors même que le rôle d’un Chef de l’Etat est de rassembler.

Nouveauté ?

Globalement, mis à part la dénonciation des comportements réactionnaires constituant des freins au développement du pays, c’est un discours qui semble avoir eu peu de résonnance. Car les effets des mesures annoncées jusqu’ici n’ont pas eu la concrétisation annoncée et souhaitée. Après le discours fleuve du 31 décembre 2017 qui plaçait 2018 sur l’orbite de l’action et de la concrétisation, près d’un an après, on peut constater que les mesures annoncées, n’ont pas toutes produit les résultats escomptés. Exceptés, dans une moindre mesure la gratuité des accouchements qui a déjà bénéficié, selon le gouvernement, à 14 000 femmes depuis sa mise en oeuvre en février dernier, la réfection des établissements scolaires ainsi que l’installation des panneaux solaires dans les villages qui commencent à peine, tout le reste est resté lettre morte à quelques mois de la fin d’une année pourtant annoncée comme celle des réalisations.

C’est le cas du Fonds d’Initiatives Départementales (FID) qui en est encore à sa phase d’initiation, donc à l’étape embryonnaire. C’est également le cas pour la création de dix mille emplois dans un contexte où le chômage bat son plein. Et le fait que le président de la République cite les chiffres de la CNSS plutôt que ceux de l’office national de l’emploi est déjà révélateur, estiment certains observateurs avertis, d’un échec difficile à assumer.


Leno KOLEBA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs