Dialogue National : Pourquoi tant d’agitation ?

jeudi 2 mars 2017 Politique


Depuis quelques semaines, la classe politique, version majorité, s’agite dans le but, avance-t-elle, de faire aboutir le projet du distingué camarade, président du Parti démocratique gabonais, Ali Bongo Ondimba, d’organisation d’un dialogue national sans tabou et inclusif, même s’il faut noter la résistance opposée par le camp Jean Ping que la communauté internationale aurait voulu voir présent à ce rendez-vous si tant est qu’il s’agit ici de poser les jalons d’une nouvelle gouvernance qui devrait justifier la notion d’ « égalité des chances ».

Nombreux sont les Gabonais qui continuent, malgré les assurances maintes fois données par les organisateurs sur le sérieux et les enjeux du prochain rendez-vous, à douter de ce qui en sortira, d’aucuns allant jusqu’à avancer qu’il va s’agir d’un flop de plus, prenant en exemple l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations, qui pour eux n’a pas atteint les résultats escomptés non seulement parce que l’équipe nationale gabonaise, « les Panthères » n’a pas accédé au second tour mais aussi et surtout parce que les infrastructures ont fait souvent défaut comme l’ont témoigné plusieurs visiteurs parmi lesquels des personnalités dont la probité est mondialement reconnue, cas de Joseph Antoine Bell ou de Claude Leroy.

Ces Gabonais s’interrogent, comme ils l’ont fait quand il s’est agi du dialogue de l’opposition, version Ping, sur les motivations des uns et des autres, n’hésitant pas à s’interroger sur les va-et-vient entre Libreville et des capitales occidentales de membres du Gouvernement Issoze Ngondet dont le Vice-Premier-ministre en charge de l’Habitat Bruno Ben Moubamba, alors qu’ils ont eux-mêmes par la voix de leur porte-parole, Alain-Claude Bilié-By-Nzé, récusé les interventions dans les affaires intérieures du Gabon de l’Occident.

L’avenir du pays se prépare-t-il alors à l’extérieur ? Que dire de la Françafrique sans cesse combattue ? Faut-il aller chercher le cachet en France pour réussir une messe qui concerne au premier chef des femmes et hommes qui ont le même destin ou devrait l’avoir du moins ? Autant de questions qui taraudent leur esprit et les poussent même à s’interroger sur les matériaux qui serviront au déballage tant attendu si ce n’est par une bonne frange de la population, par ceux qu’il concerne directement, à savoir les partis de la majorité autour du Parti Démocratique Gabonais.

Hic et Nunc !

C’est ici et maintenant qu’on les attend, ces politiques qui ont en main le destin d’un pays et de son peuple. Un peuple qui n’a que foutre en vérité de tout ce qui se dit dans les salles feutrées des hôtels, mais milite résolument pour un changement de condition, estimant qu’il n’a que trop souffert des injustices entretenues par une caste d’individus, alors que les richesses du pays devaient profiter à tous sans exception. En clair, ce qu’attendent les Gabonais de ceux qu’ils ont investi, prenons-le comme ça, c’est qu’ils se montrent attentifs à leur discours et qu’ils soient à la hauteur de leurs ambitions. Le reste n’est que secondaire !

C’est dire qu’ils auront beau pondre les meilleurs discours du monde, mais tant qu’ils ne s’emploieront pas à résoudre les différents maux qui minent la vie et la quiétude de leurs concitoyens, ces derniers n’auront qu’un regard désintéressé et auront du mal à faire corps avec eux. Il se dit que nombre acceptent d’aller à ce dialogue pour une affaire de prébendes, ce qui est de coutume, comparativement avec les Accords antérieurs de Paris et d’Arambo, mais doit-on continuer à ramer à contre-courant de l’histoire et à ne privilégier que son ventre à soi pendant que la majorité des Gabonais qui sont de tout temps courtisés en périodes électorales croupit dans la misère ? C’est cette question à laquelle l’on demande réponse que doivent normalement méditer tous ceux que ça dit de prendre part au rendez-vous de « Lambaréné ».


Dounguenzolou

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs