En ce moment

Dette de l’Etat gabonais : Attention au pire !

mercredi 6 janvier 2016 Economie


2016, la nouvelle année vient d\’être amorcée avec plusieurs interrogations sur l\’avenir du pays, au vu de certains agrégats macro-économiques tels que la dette. \"Standard and Poor\’s\" et l\’\"Outil Africa performance Index\" (API) prévoient même une explosion de la dette publique locale. Le Gabon pourrait-il faire face à cette sombre perspective ?

L'année écoulée a été marquée par le retour du Gabon sur le marché de la dette. Cette position, selon la Stratégie d'endettement du pays en 2015, résulte de la décision du gouvernement de mobiliser des marges d'endettement, associées aux ressources propres et apports des partenariats publics-privés. Objectif : maintenir les capacités de financement à hauteur des besoins de mise en œuvre de la Stratégie nationale d'industrialisation. Pour rappel, en fin 2014, le taux d'endettement du Gabon a été évalué à 29,7%, loin des 23,9%, initialement prévus par la Stratégie d'endettement du pays. Un an plus tard (en 2015), ce taux a connu une augmentation de 8,2% et évalué à 37,9%. Une augmentation de la dette justifiée par les sollicitations accrues durant la même année, des bailleurs de fonds bilatéraux, multilatéraux et commerciaux, ainsi que les fonds levés sur les marchés financiers sous régionaux et internationaux.

 

Les décaissements sur les conventions de financements intérieurs et extérieurs réalisés entre 2014 et 2015 ont principalement servi à la réalisation des routes, des travaux d'adduction d'eau et d'alimentation en électricité, des bâtiments, travaux publics et ceux de santé. Entre 2014 et 2019, la pression du service de la dette, selon le document précité, sur les recettes budgétaires pourraient demeurer, selon les estimations de l'Etat, à un niveau appréciable entre 11% et 18%. Mais, avec l'augmentation du taux directeur de la Réserve fédérale américaine (FED) et l'augmentation du dollar qui influenceront l'augmentation des taux d'intérêts, les prévisions sont mitigées. Cette année 2016, le Gabon prévoit un taux d'endettement public de l'ordre de 32% contre 26,6% en 2019. Comment atteindre un tel taux lorsque le plafond de 35% de dette en 2015 n'a pas été respecté ? Au plus fort des crises des matières premières, financière et des difficultés macro-économiques persistantes, des agences de notation internationales comme "Standard and Poor's" et l'"Outil Africa performance Index" (API) craignent une accentuation de la pression de la dette sur l'économie nationale.

 

A moyen et long terme, le Gabon risque de figurer parmi les pays d'Afrique dont la dette pourrait basculer au rouge en raison des difficultés éprouvées par l'Etat à assurer une gestion optimale de la dette publique et sa gouvernance fiscale. "Standard and Poor's", spéculant sur les perspectives de la dette des pays d'Afrique subsaharienne, prévoit sur les trois prochaines années, une augmentation continuelle de la dette publique dont celle du Gabon. Ainsi qu'un resserrement des liquidités, une amputation des investissements clés tels que ceux des infrastructures et un ajournement des services sociaux de base. Face à cet ensemble de difficultés insufflé par la spirale de la dette, prudence est le maître-mot de l'heure.


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs