Cyclisme/Tropicale Amissa Bongo : Les 6 radiés contestent la décision !

vendredi 10 mars 2017 Sport


L’équipe nationale de cyclisme du Gabon a dénoncé devant la presse la décision de la Ministre des Sports qui a annoncé leur radiation à vie du cyclisme gabonais. Pour eux, il s’agit de la politique de l’autruche. Tout en présentant des excuses au peuple gabonais, les cyclistes estiment que les autorités ont une grosse part de responsabilité dans le faible niveau de la petite reine au Gabon.

« C’était vraiment important pour nous de ne pas participer à cette course. » Le capitaine des Panthères du cyclisme gabonais a planté le décor de la conférence de presse. Cédric Valère Tchouta qui avait à ses cotés les 5 autres internationaux (Ndlr : Ephrem Ekobena, Ndzaou Franso Rael, Geoffroy Ngandamba, Glenn Morvan Moulengui et Paul Junior Maroga) a estimé qu’ils n’ont pas trahi le Gabon. Au contraire ceux sont les autorités qui trahissent le pays. « Selon moi, capitaine de l’équipe nationale, la vraie trahison c’est de participer chaque année en sachant que vous n’allez pas gagner. Comment depuis 12 éditions le cyclisme n’évolue pas ? Il faut aller avec l’espoir de gagner. Mais cela passe par une vraie préparation. Nos adversaires les professionnels ont au minimum 100 courses par années. Mais nous autres gabonais, quand on a trop fait, c’est 3 courses par année. Avec ça on ne va jamais gagner une étape au tour cycliste international du Gabon. Les professionnels présents à cette compétition ont été clairs. On fait de la comédie au Gabon ils nous l’ont dit. Même quand on part en échappée ils ne paniquent pas. Ils savent qu’on ne va jamais tenir ».

Le vice capitaine et doyen de l’équipe nationale, Ephrem Ekobena va plus loin en se demandant, « Comment le Gabon peut débloquer autant d’argent pour organiser la compétition et dans le même temps négliger son équipe nationale ? Il y a de nombreux sponsors pour la compétition mais aucun sponsor pour l’équipe nationale. C’est incompréhensible. On nous fait croire qu’il y a une main politique derrière nous et que nous ne sommes pas des patriotes. Mais c’est incroyable et décevant. Aller courir au Cameroun, au Maroc et partout ailleurs sans sous ce n’est pas du patriotisme ça ? Eux qui ne nous mettent pas dans des conditions de performances ils sont plus patriotes que nous ? Depuis 2006 il y a toujours des problèmes à la veille de la course. Les cyclistes gabonais ne sont pas respectés par les dirigeants. Ce qui arrive n’est que la résultante d’une mauvaise politique. Chaque année les mêmes erreurs se répètent ».

Un avis que partage le capitaine des Panthères du cyclisme,Cédric Valère Tchouta : « Nos dirigeants nous font vivre que sur des promesses. Nous ne sommes pas payés, nous ne percevons aucun salaire. Nous n’avons que des primes qui ne sont pas versées depuis 2014. Je vous fais remarquer que le tour du Rwanda est plus jeune que celui du Gabon. Mais déjà le Rwanda a remporté sa compétition à 3 reprises. Les jeunes rwandais gagnent les étapes. La raison est simple ils sont bien préparés. Nous sommes toujours derniers parce que c’est notre place. La question que l’on se pose en cyclisme quand on est bien préparé c’est est ce que je vais gagner. Quand tu n’es pas bien préparé tu te demandes, est ce que je vais terminer ? ».

Les cyclistes ont unanimement demandé aux autorités de revenir sur la décision de radiation. « Est-ce que radier toute l’équipe c’est régler le problème ? Notre équipe est jeune et a une moyenne d’âge de 24 ans. Si on écarte les jeunes on va trouver la relève où ? Si cette sanction est maintenue l’année prochaine il n’y aura pas de cyclistes au départ de la course. Il faut au moins 3 ans pour former un bon cycliste », a affirmé le capitaine des Panthères du cyclisme. A l’unisson, les cyclistes gabonais disent qu’ils sont prêts à revenir porter le maillot national. Mais cela ne va se faire que si tout change. Selon Cédric Valère Tchouta , le Ministre des Sports est indexé. « Si j’étais ministre je n’irai jamais donner le départ d’une grande compétition sans chercher à savoir si mon équipe nationale est dans de bonnes conditions ». Dans cet élan, des excuses ont été présentés à tout le peuple gabonais.


YAO

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs