Crise postélectorale : Jean Ping toujours accroché à la communauté internationale comme voie de sortie !

dimanche 4 juin 2017 Politique


Jean Ping vient de réitérer son refus de dialoguer avec Ali Bongo Ondimba. Une annonce effectuée vendredi 02 juin courant à son domicile sis au charbonnage. Jean Ping est plutôt disposé à se soumettre à une médiation supervisée par la communauté internationale, pour dit-il, rétablir la vérité des urnes.

« Je redis solennellement que j’ai décidé de rester aux côtés du peuple patriote et résistant et je persiste dans mon refus de dialoguer avec Ali Bongo », a fermement affirmé Jean Ping optimiste quant a l’issu de son combat pour la « libération du peuple gabonais ». Celui qui se considère comme le président élu est revenu sur les évènements postélectoraux, notamment ceux du 31 Aout dernier à son QG situé au quartier charbonnage. « Monsieur Ali Bongo, convaincu qu’il ne pouvait s’imposer à la tête de l’Etat que par ce coup de force, tant le peuple gabonais lui dénie toute prétention à diriger son destin », a ajouté l’opposant radical accusant clairement Ali Bongo de « démolir le Gabon. De tue ses enfants, son économie, son administration, ses écoles, sa santé et sa culture ».

Toujours selon ce dernier, l’actuelle crise postélectorale est à mettre à l’actif du pouvoir. « (…), Chers compatriotes, si Monsieur Ali Bongo avait accepté le résultat sorti des urnes du 27 Août 2016, nous n’en serions pas là. C’est le fond du problème. Oui, c’est véritablement le fond du problème », renchérit Jean Ping. Pour lui, il faut véritablement œuvrer à l’alternance politique et ainsi sortir de la spirale des élections truquées et son corolaire de conséquences.

« Toutes choses qui rendaient l’alternance impossible et conduisaient donc inexorablement, à la conservation du pouvoir par la même famille. Alors, à ceux qui hier encore membres de l’opposition ont décidé de prendre part à cette kermesse pour des calculs égoïstes comme à ceux de nos amis et partenaires qui, de bonne foi, nous proposent d’accepter de dialoguer avec Ali Bongo, j’ai décidé de rester avec le peuple patriote et résistant, c’est pourquoi je persiste dans mon refus, et je le redis ici avec lui que c’est Non ! C’est Niet ! Je refuse de dialoguer avec ce monstre pour la mémoire de nos morts », a-t-il affirmé avant de rajouter « Aucun dialogue ne saurait remplacer le vote des Gabonais, aucun dialogue ne saurait remplacer l’expression du suffrage universel. Ceux qui parlent de dialogue avec Ali Bongo ne doivent pas oublier nos enfants tombés sous les balles des mercenaires lors de l’assaut de notre quartier général, les disparus, dont les corps ont été retrouvés dans des fosses communes, l’usurpation électorale qui scandalise le monde entier, les arrestations et emprisonnements arbitraires qui continuent, les salaires impayés, le pillage des richesses publiques, le train de vie insolent des émergents comparé à la misère du peuple ».

L’opposant reste toutefois ouvert à une médiation sous l’égide de la communauté internationale. « Cependant, en vue de la nécessaire réconciliation nationale, je reste ouvert et je lance un appel solennel à la communauté internationale pour une médiation en vue de rétablir la vérité des résultats du scrutin du 27 Août 2016 que j’ai remporté tel que le monde entier le sait. Je dis bien une médiation et non un dialogue avec Ali Bongo en vue de rétablir la vérité des urnes et d’assurer les conditions d’une passation pacifique du pouvoir. Le temps presse car le peuple ne veut plus attendre » , a conclu Jean Ping.


Tony Muru

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs