Crise Post-électorale : « Pourquoi tant d’acharnement sur le Gabon ? », dixit Alain Claude Bilie-By-Nze

samedi 24 décembre 2016 Politique


Au cours de sa traditionnelle conférence de presse tenue hier, vendredi 23 décembre au sein des locaux de Gabon Télévision, la première chaîne de télévision nationale, le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie-By-Nze ,mis à part les sujets forts du moment, s’est interrogé sur l’ acharnement de certains membres de l’Union Européenne (UE) quant à la situation politique du Gabon.

Le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie-By-Nze semble bien agacé de l’acharnement dont font montre certains membres de l’Union Européenne (UE) quant à la situation spécifique du Gabon malgré l’épuisement de toutes les voies légales, à l’issue de l’élection présidentielle du 27 août ayant conduit Ali Bongo Ondimba à assurer un deuxième mandat. En effet, a expliqué le ministre, « Quatre mois après une élection on continue à chercher des résolutions contre le Gabon. Pourquoi ? ».

Le message du porte-parole du gouvernement est directement adressé aux observateurs de L’UE qui, selon lui, malgré les concessions qui entourent leurs agissements sur un territoire étranger, au Gabon, et de surcroît souverain, continuent d’amplifier le chaos politique avec Jean Ping. Après des tentatives d’adoption de « résolution contre » qui se sont toutes au dire du ministre, soldées par des échecs (vu la non nécessité d’une telle mesure pour bon nombre de décideurs diplomatiques, un groupement de députés envisage en janvier prochain, porter l’affaire vers le siège de l’Union européenne, à Strasbourg. Là-bas, la partie gabonaise ne pourrait nullement se défendre parce que pas invitée au débat.

Alain Claude Bilie-By-Nze poursuit« C’est souverainement que nous avons décidé d’accepter les observateurs » A cet effet il trouve cette situation un peu particulière. et estime que cette tentative d’adoption de résolution, cet acharnement autour du Gabon est incompréhensible quand on sait que le Gabon est un pays qui a acquis sa souveraineté il y a bien des années. « On continue à chercher des résolutions contre le Gabon comme si dans le continent il n’y avait pas de problèmes  », a-t-il souligné.

Au ministre donc de s’interroger sur les motivations réelles de ces derniers. « Qu’est-ce qui gêne ? », « est-ce le Gabon ou son président ? », « l’indépendance du Gabon elle devient quoi  ? » Selon lui, « la vraie question aujourd’hui, au vu du débat qui a lieu actuellement au parlement (…) est celle de savoir si véritablement ceux qui s’acharnent tant, est-ce que c’est vraiment la situation du Gabon qui les interpelle ? Est-ce la cause de la démocratie ou celle de 1,8 millions habitants ? » Au-delà, des initiatives, Alain Claude Bilie-By-Nze estime que si certains cherchent des solutions ou des réponses à une quelconque situation du Gabon, le « Dialogue national » proposé par Ali Bongo Ondimba est la bonne voie.


Michael Moukouangui Moukala

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs