Crise électorale : « J’irai avec vous jusqu’au bout », dixit Jean Ping

lundi 28 novembre 2016 Politique


Après un long séjour passé entre l’Europe et les Etats-Unis, Jean Ping, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle est rentré au Gabon samedi 26 novembre 2016 ou l’attendait plusieurs milliers de partisans et sympathisants à qui il a réitéré son ambition d’aller jusqu’au bout de la vérité des urnes et in-fine parvenir à l’alternance politique.

Rentré de son périple, samedi 26 novembre courant, Jean Ping a été accueilli par des milliers de partisans. C’est dire que sa côte de popularité semble être restée indemne ! « Cet accueil patriotique est à mes yeux le signe évident de la détermination qui ne faiblit pas, la détermination qui donne courage à tous ceux qui doutent encore de notre capacité commune à résister, à encore résister et à toujours résister tant que notre souveraineté ne sera pas respectée. Cette détermination, ce courage et cette mobilisation sont enfin les signes évidents de votre adhésion et de votre soutien à l’engagement solennel que j’ai pris devant le peuple gabonais d’aller jusqu’au bout, d’aller avec vous jusqu’au triomphe de la vérité des urnes, celle que tous avons exprimé le 27 août 2016 sur l’ensemble du territoire national », a déclaré Jean Ping.

Un ton qui tranche net toute polémique autour d’un quelconque assouplissement de sa position. Ainsi, Jean Ping continue de revendiquer sa victoire à la dernière élection présidentielle. Ce dernier est aussi revenu sur son séjour à l’étranger sans toutefois rentrer dans le fond de ses échanges avec ses interlocuteurs. « Tout ce que je peux vous dire pour le moment c’est que mon périple, qui m’a conduit à Paris, à Bruxelles, à New-York et à Washington, s’est très bien déroulé. Tous mes interlocuteurs ont été attentifs à notre cause qui est juste. Et j’ai évoqué avec eux les moyens de rendre au peuple gabonais l’élection qui lui a été volée. Soyez-en rassurés, le monde entier sait parfaitement ce qui s’est passé au Gabon. Toutes les chancelleries savent avec certitude que c’est moi, Jean Ping, que vous avez élu Président de la République gabonaise le 27 août 2016. Les mêmes chancelleries savent que c’est Ali Bongo le candidat malheureux de cette élection présidentielle » a-t-il poursuivi.

Jean Ping, informé par son camp du pré-rapport de l’Union Africaine qui a observé le déroulement du contentieux électoral auprès de la Cour constitutionnelle et du rejet de la dernière saisine de la Cour, il affirme « … croyez-moi, cette imposture ne durera pas. Et si Ali Bongo a encore un peu de dignité et d’orgueil personnel, il ferait mieux d’en tirer les conséquences, pendant qu’il est encore temps, en quittant le pouvoir et en rendant tranquillement au peuple gabonais ce qu’il lui a subtilisé par la force des armes de guerre ».

L’homme a laissé paraître dans son discours une nouvelle étape de la lutte au sortir de la publication du rapport de la mission d’observation du l’Union Européenne attendue par la classe politique. « Le rapport de la Mission des Observateurs de l’Union Européenne est prêt. En dépit des manœuvres dilatoires du pouvoir en place qui consistent à renvoyer sans cesse sa présentation au Gabon, il finira par être rendu le 07 décembre prochain. Ce rapport qui dévoilera la vérité de l’imposture est très attendu. Il constituera une étape déterminante de ce processus électoral historique. Dès que nous aurons pris connaissance du contenu de ce rapport, je m’adresserai solennellement au peuple gabonais  » a renchéri Jean Ping avant de conclure en paraphrasant Gandhi : « Les batailles de la vie ne sont pas gagnées par les plus forts, ni par les plus rapides, mais par ceux qui n’abandonnent jamais ».


Tony Muru

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs