Coopération : La France va-t-elle revoir sa position en Afrique ?

lundi 30 mai 2016 Economie


L’assurance, le numérique, l’agro-industrie, les transports, le développement durable, les médias, la culture, bref, tous les domaines qui permettent à la France de se repositionner « économiquement » en Afrique feront l’objet des Rencontres Africa 2016 à Paris, en France les 22 et 23 septembre prochain.

Selon les organisateurs de la Rencontre Africa/France (Rencontres Africa 2016), « plus de 800 entreprises de premier plan, des financiers et des décideurs politiques seront présents » dans la capitale française les 22 et 23 septembre prochain. Une rencontre s’inscrivant dans le cadre des relations multilatérales passées entre la France les pays africains.

Des grands noms du business africains ainsi que des références françaises en terme de partenariat économique entre l’Afrique par le truchement de l’Agence Française de développement (AFD), le Conseil Français des investisseurs en Afrique, la Banque publique d’investissements et bien d’autres, seront de la partie.

Assurance, numérique, agro-industrie, transports, développement durable (villes durables), médias et culture seront les thèmes vers lesquels les débats seront portés. Un enjeu stratégique pour la France d’autant plus qu’ « il n’y pas de territoire conquis ». Ces Rencontres, seront l’occasion donnée à la France de réviser ses positions. Pas étonnant que les rencontres s’apparentent à un « catalyseur du renouveau de la relation économique entre la France et l’Afrique ».

Poids des échanges commerciaux

L’Afrique est d’une importance capitale pour la France. La présence accrue des entreprises françaises en Afrique est un indicateur révélateur. Les échanges commerciaux en Afrique représentent en 2014, près de 54 milliards d’euros soit, 27 milliards d’euros d’exportations vers le continent tandis que les exportations africaines vers la France se chiffrent à 26 milliards d’euros.

Avec les réformes engagées ces dernières années sur les économies par les dirigeants africains, la position de la France a connu un petit bouleversement. Alors qu’elle représentait 10% en 2000, la part de marché de la France en Afrique a plongé à 4,7% en 2011. « Nous avons divisé nos parts de marché dans les pays africains francophones, et nous peinons à décoller dans la partie anglophone du continent  », reconnaissait Nicole Bricq, alors ministre française du Commerce. Pour le président français, François Hollande, cette position doit changer. « La France doit doubler ses échanges avec l’Afrique, dans les deux sens, exportations et importations  », avait-il avancé lors du Forum Afrique-France de 2013.

« Doubler » ses échanges

« La France navigue à vue en Afrique  ». Les dirigeants français le savent bien. C’est pour limiter les effets indésirables de cette percée que la fondation publique-privé, présidée par le financier franco-béninois et ex Premier ministre de la République du Bénin, Lionel Zinsou a été créé en février 2015. Elle vise à promouvoir les relations économiques entre la France et le continent africain et est basée sur un « nouveau modèle de partenariat économique » entre le continent et la France.
Elle doit soutenir les efforts du gouvernement français d’expansion des échanges économiques avec le continent.Car « l’Afrique peut contribuer à la croissance de la France » et cela, personne ne l’ignore.


3M

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs