Congrès provinciaux : Le PDG réussira-t-il sa mue ?

mercredi 15 novembre 2017 Politique


Les congrès provinciaux, placés sous le sceau de la « régénération » et « revitalisation », sont boycottés par certains cadres du Parti démocratique gabonais, PDG qui refusent de se plier aux orientations du Secrétariat général, relatives au recours à la base dans le choix des membres du Comité central, Bureau politique et Conseil national.

Ca passe ou çà casse pour le PDG ! Les congrès provinciaux, sensés redessiner la carte du parti, sont entachés d’irrégularités et fraudes. Une situation regrettable, surtout que la crise postélectorale persiste et que le parti est secouée par une crise interne. Pas de quoi ébranler les responsables du parti « (…) allez dire à nos frères et sœurs que le PDG est debout et il le restera, allez dire partout que le PDG a joué et continuera de jouer un rôle dans le futur de ce pays ! », a lancé Eric Dodo Bouguendza.

« Les vieilles habitudes ont la peau dure »

« A beau chasser le naturel, il revient au galop », la maxime colle l’actualité du parti créé sur les bords de la Bouenguindi, le 12 mars 1968. Et pour cause le recours à la base dans la désignation des membres du Comité central, Bureau politique et Conseil national, est une pilule difficile à avaler pour une certaine « caste » du PDG. C’est une lapalissade de dire que cette innovation est en passe d’être tuée dans l’œuf. En atteste les ratés de la province de la Nyanga, Ngounié, Ogooué Ivindo et Moyen-Ogooué. « Les élections organisées lors du conseil provincial de la Ngounié ont été caractérisées par des irrégularités flagrantes, et surtout par la non prise en compte réelle de la base, devenue la colonne vertébrale de la bonne marche du Parti démocratique gabonais », a tonné Eric Dodo Bouguendza.

Devant l’incartade, le Secrétaire général du PDG a sorti le bâton. Ainsi, les secrétaires provinciaux de la Ngounié et de la Nyanga, Fidèle Pangou et Jean-Baptiste Mboumba Mboumba, ont été démis de leurs fonctions jusqu’à nouvel ordre, conformément à l’article 154 des Statuts du PDG. Même son de cloche dans le Moyen-Ogooué où le duel entre Richard Auguste Onouviet, Président de l’Assemblée Nationale et Joël Ogouma, Directeur de Cabinet adjoint I du Président de la République, a failli virer au drame. Outre l’incompréhensible retard accusé, la fraude a été massive, notamment au niveau de l’enrôlement, le tout associé à l’insuffisance des bureaux de vote. Un véritable cocktail molotov ! Comme il fallait s’y attendre, l’élection a été annulée.

Quelques jours plus tard, le tour revient au Secrétaire provincial de l’Ogooué Ivindo, Faustin Mbouda d’écoper également sa sanction. La hiérarchie lui reproche d’avoir manqué à ses obligations. A en croire le Secrétaire National, porte-parole du PDG, Léandre Anoue Kiki. « (…) en vertu des dispositions de l’article 154 des statuts, (et) ne pouvant plus tolérer de pareils désinvoltures à ce niveau de responsabilités, au moment où le Parti Démocratique Gabonais amorce des réformes d’une grande ampleur devant aboutir à sa Régénération et sa Revitalisation, le secrétaire provincial de l’Ogooué Ivindo est suspendu de ses fonctions jusqu’à nouvel ordre ». Le Porte-parole du PDG de rajouter : « Malgré les trafics d’influence et les reportages télévisés de manipulations de la base par certains responsables politiques réfractaires à l’élection, toutes les provinces procéderont sans détours aux élections, comme cela s’est fait au conseil provincial du Woleu-Ntem, dans le calme, la sérénité et la responsabilité ».


Yannick Franz IGOHO

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs