Conflit ‘’Homme-faune’’ : La solution d’Ali Bongo Ondimba

lundi 2 mai 2016 Société & environnement


Pour protéger les communautés villageoises, menacées par les éléphants, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba propose un Plan national de gestion de conflit ‘’Homme-faune’’.

Le Plan national de gestion de Conflit ‘’Homme-faune’’ est un palliatif qui garantira « aux populations rurales une égalité des chances dans les activités agricoles et le droit à une vie paisible ». C’est au Kenya, à la tribune du sommet du Giant’s Club qu’Ali Bongo Ondimba s’est prononcé sur ce plan. Le Plan sera implémenté au niveau local par l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN) et le ministère de la Protection de l’Environnement et des Ressources naturelles, de la Forêt et de la Mer.

« Une phase-pilote, a souligné le président de la République, qui va consister à poser des clôtures électriques dans les secteurs où les raids des pachydermes sont les plus fréquents  ». Bien plus qu’une simple stratégie, le Plan est également un outil d’aide sécuritaire pour protéger au mieux, les Gabonais sur la lutte contre le trafic des sauvages qui aliment souvent le terrorisme en Afrique.

« Combattre le braconnage »

Soutenir l’effort rural dans le domaine de l’agriculture, montrer l’apport des espèces sauvages dans la préservation de l’environnement afin de lutter contre le braconnage, voilà la principale mission du nouveau Plan national de gestion de Conflit ‘’Homme-faune’’. « Combattre le braconnage, c’est rendre nos villages plus sûrs, assurer la protection des récoltes et permettre à nos enfants de grandir sans craindre, et les éléphants, et les trafiquants. C’est bien-sûr une question de sécurité, mais aussi un moyen d’assurer la diversification de notre économie », a indiqué Ali Bongo Ondimba. Ce dernier est convaincu que « l’égalité de chances »passe également par l’équilibre des écosystèmes. Le Kenya, un pays où, l’exploitation primaire des ressources permet le développement du tourisme faunique, source d’emplois, constitue un bel exemple.

Positionnement

Engagé comme membre fondateur de l’Initiative de protection des éléphants (EPI), en lien avec la Coalition mondiale visant à mettre un terme au commerce illicite des espèces sauvages lancée le 03 mars dernier à l’ONU, le Gabon porte ainsi une ambition inédite : agir tant sur le front social que dans le domaine environnemental, par la prévention et la coercition, pour inscrire - dans la marche vers les Objectifs de développement durable (ODD) que le président de la République vient d’aller soutenir aux Nations Unies, l’égalité des chances comme trait fondateur d’une nouvelle ambition sociétale, celle d’un pacte d’équilibre entre bien-être social, développement rural et vie sauvage.


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs