Communauté portuaire : Utopie ou réalité ?

jeudi 28 janvier 2016 Economie


Pour rendre plus compétitif le secteur portuaire au Gabon, les autorités portuaires nationales misent sur la création d’une communauté portuaire commune. Un tel projet est-il réellement envisageable ?

L’année 2015, contrairement à l’exercice 2014 a été marquée par une chute généralisée dans tous les domaines d’activités de l’Office des Ports et Rades du Gabon (Oprag). 754 mouvements de navires contre 849 en 2014 ont été enregistrés. Ils sont en baisse de 11,2%. Le traitement de marchandise a été de l’ordre de 2,9 millionsde tonnes en 2015 contre 3 millions en 2014 (soit une chute de 3,3%). Les mouvements de conteneurs de leur côté ont été de 129.142 contre 132.015 en 2014, en baisse de 2,2%.

L’activité des marchandises est la seule à se démarquer des mauvais résultats de l’Oprag avec une activité à l’import en hausse de 370,5% pour 2 millions de tonnes. Pour doper ses activités en 2016, l’Oprag et les autorités portuaires gabonaises misent sur un projet de création d’une communauté portuaire qui fédèrerait l’ensemble des acteurs portuaires et qui fera la promotion de la sous-région grâce à une capacité commerciale accrue.

Cette place communautaire portuaire devrait être un cadre de travail dans lequel une pluralité d’acteurs interviendront « avec pour but d’améliorer la productivité globale du port, avec une nécessité de créer des cadres formels de concertation ». Mais un tel projet est-il réellement possible ? Aurait-il fallu atteindre une baisse des résultats pour l’envisager ?

De part et d’autre dans le monde, les communautés portuaires abondent et font les beaux jours des ports. Au Cameroun voisin, plus qu’un simple projet, l’idée en gestation au Gabon est déjà bien en pratique avec notamment la Communauté portuaire du Port de Douala (Port Synthèse). La mise en place de cet espace a permis de booster l’activité portuaire de Douala.

A l’exemple des retombées économiques issues du développement d’une telle plate-forme dans plusieurs pays, le Gabon gagnerait à matérialiser un tel projet non seulement pour moderniser son port mais aussi pour le rendement financier qu’il procure. Une communauté portuaire, à la lecture des avantages qu’elle procure est en soi la bienvenue. Mais la mise en place d’un projet requiert rigueur et dévouement. Les autorités portuaires nationales, sont-elles prêtes à relever ces défis ?


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs