Coface-Risque pays 2016 : Le Gabon s\’enfonce !

vendredi 29 janvier 2016 Economie


De \"B\" à \"C\", assorti d\’une surveillance négative, la Compagnie française d\’assurance pour le commerce extérieur (Coface) n\’envisage pas le meilleur avenir pour le Gabon. Dans son dernier rapport pour 2016, elle annonce une dégradation de la stabilité financière du Gabon en raison de la baisse étendue des prix du brut.

La viabilité financière du Gabon s'amenuise progressivement. Après un classement 2014, marqué par de bonnes performances, (classé dans le Top 10 des économies les moins risquées d'Afrique subsaharienne, numéro un de la région avec un niveau risque-pays de "B" jugé assez élevé), l'avenir est désormais sombre. De "B" à "C" assorti d'une surveillance négative, dans son rapport 2016, Coface planche désormais sur des risque pays défaillant, en raison de la conjoncture du secteur pétrolier et de son impact dans l'économie nationale.

"Des risques importants mais déjà connus subsistent : ralentissement plus prononcé de l'activité chinoise et évolution du prix des matières premières", explique les économistes de Coface. En effet, à cause de ces facteurs défavorables, le Gabon passe d'une crédibilité financière rassurante à une évaluation dégradée. Cela n'étonne pas les plus avertis ! En marge des facteurs liés à la conjoncture du secteur pétrolier mondial, d'autres facteurs, sous-jacent expliquent cette dégradation. A cause de l'ajustement budgétaire réalisé en 2015, l'investissement public a ralenti de 6%, passant de 597 milliards de francs CFA en 2015 contre 563 milliards en 2016.

A ce ralentissement s'ajoute également la consultation permanent du marché financier internationale qui au final, ne fait qu'agir négativement sur la crédibilité financière du pays. L'endettement du Gabon est aujourd'hui jugé à un taux maitrisé selon les autorités. Mais avec l'accroissement de la sollicitation du marché financier international, celle-ci devrait s'accentuer et dépasser la norme requise dans la stratégie d'endettement mise en place en 2015. Un autre facteur, peut-être sous-jacent et négligeable pour Coface, la situation sociale et politique à l'approche de l'échéance 2016 et qui pourrait affecter la situation actuelle du Gabon.

Panorama panafricain

Le Gabon n'est pas le seul pays où la hausse du risque de défaillance financière inquiète. Des 160 pays passés à la "loupe", 15 pays ont vu leur évaluation placée sur surveillance. Ces pays sont l'Algérie "A4" à "B", l'Afrique du sud "A4" à "B", la Tanzanie"B" à "C", Madagascar "C" à "D", la Namibie "A3", la Zambie "C".

La plupart de ces pays sont sous une surveillance négative. La chute des cours du pétrole, la dépréciation du shilling (monnaie utilisée en Somalie, Tanzanie, Kenya, Ouganda, etc.) face au dollar en 2016, le climat et incertitudes politiques sont autant de causes qui expliquent cette dégringolade généralisée des notes de ces pays.

En Afrique, seule la Côte d'Ivoire avec sa note de "C" assortie de perspectives positives en raison de la relance des investissements et de la stabilité politique qui règne dans le pays se démarque du lot. Pour autant, Coface n'envisage pas pour si tôt, le redémarrage de la croissance. 2016 ne sera pas différente de 2015. Aucune zone n'échappe à ce sombre présage.

Critères d'évaluation

Les évaluations risques pays parfois trimestrielles ou annuelles sont une récurrence chez Coface. Pour les établir, la compagnie met en exergue une échelle de sept niveaux : A1 (très faible), A2 (peu élevé), A3 (niveau satisfaisant), A4 (niveau convenable), B (Assez élevé), C (élevé), D (très élevé) qui peuvent être suivis de la mention surveillance positive ou négative. Ces critères de notation ne concernent pas la dette souveraine bien au contraire, elle mesure le niveau moyen de risque d'impayés présenté par les entreprises d'un pays dans le cadre de leurs transactions commerciales à court terme.

Pour établir ses estimations, Coface met principalement l'accent sur les perspectives économiques, financières et politiques des pays, l'expérience de paiement de la Coface et l'environnement des affaires du pays.


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs