Circulation : Le pont de la Nouvelle-cité toujours inaccessible

mercredi 26 juin 2019 Société & environnement


Achevé depuis plusieurs semaines, après près de deux ans de travaux, le pont situé sur l’axe Nouvelle-Cité/Cité-Rose, au quartier Nzeng-Ayong, dans le sixième arrondissement de la commune de Libreville est toujours fermé à la circulation. Une dette de l’Etat gabonais auprès de l’entreprise Conduril, maitre d’œuvre serait la cause du retard dans la livraison officielle de cet ouvrage selon une source proche du dossier.

A quand l’ouverture du pont reliant la zone Nouvelle-cité à Cité-Rose, Dragage et autres à Nzeng-Ayong, dans le sixième arrondissement de la commune de Libreville ? Alors que les travaux sont achevés, depuis plusieurs semaines, force est de constater que le pont dont les travaux de réhabilitation et d’élargissement ont été au départ prévus pour une durée de dix mois à partir de novembre 2017, n’est toujours pas ouvert à la circulation. Comment comprendre cette situation quand on sait que la fermeture de ce pont pénalise de nombreux résidents de la zone et des environs ?

Après un tâtonnement de deux ans, en raison des arrêts dans l’exécution des travaux à cause du non-respect par la partie gabonaise de ses engagements, conformément à la convention signée en 2011, l’entreprise Conduril, certainement par une garantie de l’Union Européenne (UE), le partenaire de l’Etat gabonais dans ce vaste projet d’une valeur de plus de 11 milliards de francs CFA, est quand-même parvenu à mener à terme les travaux.

Une dette de l’Etat source du problème ?

Un dénouement des travaux que les populations habitant les alentours de cet ouvrage ont perçu comme la fin d’un long calvaire. Mais c’était sans compter une dette de l’Etat gabonais vis-à-vis de l’entreprise Conduril, le maitre d’œuvre, d’un montant non révélé qui est aujourd’hui au centre d’une discorde entre l’Union Européenne et le Gabon. Cette situation n’est cependant pas nouvelle depuis le lancement de ce projet.
Si les explications du ministre en charge des infrastructures, Arnaud Calixte Engandji avaient permis, lors d’une récente plénière de rassurer les députés sur la mise à disposition de cet ouvrage à la circulation dans les meilleurs délais, il reste qu’à ce jour, l’infrastructure est toujours fermée.

En effet, l’Etat, dont la participation dans le projet s’élève à 50% du montant total est sommé par l’UE de solder sa dette auprès de l’entreprise Conduril sans quoi, la convention sera annulée et le projet mis à l’eau selon une source proche du dossier.

Impatience et questionnement

A Nzeng-Ayong, spécifiquement, le pont est terminé et les populations à juste titre, s’interrogent sur le manque d’intérêt du gouvernement relatif à leur calvaire quotidien. En effet, l’ouvrage a été amélioré techniquement . La travée du pont a été agrandie pour faciliter le passage des eaux en saison des pluies. En lieu et place du bitume, le tablier a été dans un premier temps bétonné puis, pavé. A la différence de l’ancien pont, la nouvelle infrastructure dispose de trottoirs, une version améliorée qui permet d’optimiser la sécurité des piétons contrairement au passé.

« On ne peut qu’être satisfait de l’aboutissement de ces travaux après deux ans de calvaire. Tout est presque parfait avec nouvel ouvrage même si le projet nous semble pas totalement abouti. Mais comme vous, nous sommes étonnés de son inaccessibilité à la circulation des automobilistes », s’est exprimé un riverain de Nouvelle-Cité.


Michaël Moukouangui Moukala

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs