Cinéma/Festival du film de Masuku : La 6ème édition axée sur la nature et l’environnement

mardi 6 novembre 2018 Culture & people


L’événement cinématographique se déroule du 6 au 10 décembre prochain à Franceville, dans le département de la Mpassa, au cœur de la province du Haut-Ogooué. Cette année, le 6e rendez-vous est consacré à la nature et à l’environnement.

Le Festival du film de Masuku consacre son 6ème épisode à la nature et l’environnement. En effet, du 6 au 10 décembre à Franceville (capitale provinciale du Haut-Ogooué) prochain, les amoureux du 7ème art vont, en plus de consommer des productions cinématographiques, avoir des cours et des connaissances portant sur la diversité de la nature et de l’environnement. « C’est la thématique de notre festival. On s’est rendu bien compte que le Gabon est un magnifique pays et il y a beaucoup de festivals dans le monde qui ne se consacrent jamais à la nature et à l’environnement. Alors nous avons donc décidé que notre festival soit consacré à la nature et à l’environnement », a expliqué la responsable du festival, Nadine Otsobogo. Elle ajoute que l’unique film gabonais sur les 19 qui sont au programme est une œuvre de Ferdinand Ditengou Mboumi qui a pour titre « Mindoumbé le droit de respirer un air pur ». Et la présidente du festival du film de Masuku de préciser « Avant d’avoir les films, il y a un appel à films et on s’est rendu compte qu’il y a un seul gabonais qui a envoyé son film. On a donc bien saisi et cela cadre avec le thème il parle de décharge et il y a une concomitance avec les autres films il y a une décharge au Sénégal et au Togo. On a été très heureux qu’il y a donc des gabonais qui filment l’environnement ».

Au delà de l’unique film gabonais, on note que 18 autres seront en compétition et viennent du Sénégal et de la France avec 3 productions, ensuite le Togo, l’Espagne et la Russie qui ont au total deux films. Les autres pays comptent un seul film, il s’agit de l’Ethiopie, du Mozambique, du Burkina Faso, de l’Allemagne, de l’Indonésie en duo avec Singapour, de la Hongrie en duo avec l’Argentine et du Bengladesh. L’ouverture de la rencontre du cinéma sera consacrée au film Malaria Business qui est hors compétition. Ce film du réalisateur belge, Bernard Crutzen met l’accent sur la lutte contre le paludisme. D’ailleurs, le Programme national de Lutte contre le Paludisme participe pour la, première fois dans la promotion de ce festival.

« Nous avons là une tribune qui nous permet d’aller sensibiliser les populations de la ville de Franceville. Cela va nous permettre de revoir les directives nationales de lutte contre le paludisme avec les personnels de santé de la commune de Franceville. Nous allons mettre à profit trois stratégies pour renforcer la lutte contre cette maladie, dont la moustiquaire imprégnée et les toiles moustiquaires qui vont être renouvelées au niveau des structures hospitalières », renseigne le chef du département information, éducation et communication du Programme national de Lutte contre le Paludisme, Hugues Ngomo Essanga. Au delà des stratégies qui seront mises en place pour combattre le paludisme, la structure Even’s Consulting va saisir l’occasion de ce 6ème festival du film de Masuku pour offrir des formations inhérentes aux métiers du cinéma.

Son manager général, Estevil Bouya de faire savoir qu’« Il est important de sensibiliser les jeunes sur d’autres possibilités d’emplois. Il n’y a pas que les métiers du commerce et autres pour réussir. Il y a aussi les métiers du cinéma. Nous allons mettre en place un incubateur en entreprenariat mais en cinématographie appelé résidence qui va former les jeunes sur les métiers du cinéma et de l’audiovisuel pour montrer aux jeunes gabonais d’autres opportunités d’emplois. Il y a d’autres métiers qui peuvent aider à se prendre en charge ».

Bon à savoir, cette sixième édition du film de Masuku a pour marraine, le Dr Aurélie Flore Koumba Pambo qui défend inlassablement l’environnement, (Ndlr : conseiller scientifique à l’Agence Nationale des Parcs Nationaux). A coté d’elle, il y a un parrain, le cinéaste britannique d’origine nigériane Newton Aduaka, vainqueur de l’étalon d’or du Yennenga en 2007 lors de la 20ème édition du FESPACO, (Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou), au Burkina Faso.


YAO

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs