Cemac : Le Gabac prend ses quartiers à Libreville

mercredi 21 décembre 2016 Economie


Le siège du Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique Centrale (Gabac) sera installé au Gabon. Cette installation a été officialisée hier, mardi 20 décembre par la signature d’un accord de siège entre le ministre gabonais des affaires étrangères, Pacôme Moubelet Boubeya et le secrétaire permanent du Gabac, Désiré Geoffroy Mbock.

En Afrique et particulièrement en Afrique centrale, la contrebande et la corruption figurent au centre des préoccupations du moment et les actions pour y mettre un terme peinent à être efficaces. Réprimandées par les autorités de la sous-région, ces pratiques participent à alimenter des réseaux informels où les gains récoltés participent à renforcer les actions des groupements terroristes comme Boko Haram par l’achat d’armes. C’est pour lutter contre la criminalité transfrontalière qui touche plusieurs pays de la sous-région de manière diverse que le Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (Gabac) a été mise en place.

C’est à Libreville, la capitale gabonaise que le Gabac prendra ses quartiers. A cette occasion, un accord de siège a été signé hier, mardi 20 décembre dans les locaux du ministère des Affaires étrangères entre le ministre de tutelle, Pacôme Moubelet Boubeya et le secrétaire permanent du groupe, Désiré Geoffroy Mbock. « En acceptant d’héberger l’une des plus prestigieuse institution de notre sous-région, nous avons voulu partager avec l’ensemble des membres de la communauté d’Afrique centrale, un aspect de l’appartenance de notre pays à celle-ci ainsi que notre ancrage aux buts et principes qui fondent la Gabac à savoir la lutte contre le blanchiment d’argent, le financement contre les produits de crimes et du terrorisme ainsi que la prolifération des armes  », a expliqué le ministre des Affaires étrangères, Pacôme Moubelet Boubeya.

Intérêt

Si l’objet du groupe peu connu est la lutte acharnée contre la corruption, cette lutte ne se concentre pas uniquement sur les méthodes illégales de transactions financières, sur les moyens à travers lesquelles des tiers acquièrent des marchés ou des documents importants, mais elle vise également à suivre les différentes traces ou sources de financements illégaux qui contribuent à faire émerger la criminalité transfrontalière. En effet, le Gabac bien que circonscrit, s’inscrit dans la dynamique internationale de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

C’est tout l’intérêt du groupe dont le travail, selon Désiré Geoffroy Mbock consiste à faire des « recommandations fortes » à l’endroit des Etats membres en matière de bonne gouvernance. « Nous ferons du mieux de nos capacités pour être utile à la sous-région » a promis le secrétaire permanent.


Michael Moukouangui Moukala

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs