Can 2017 : Pas de ferveur à l’intérieur du pays !

lundi 23 janvier 2017 Société & environnement


La fête continentale du football, Coupe d’Afrique des Nations de football, qu’abrite le Gabon depuis le 14 janvier dernier ne se fait presque ou pas du tout ressentir sur l’ensemble du territoire national. En effet, l’intérieur du pays ne vibre pas au même rythme que les villes (Ndlr : Libreville, Franceville, Oyem et Port-Gentil) dans lesquelles sont logées les 4 poules du premier tour de la phase finale de la Can.

La 31ème édition de la Can se ressent uniquement dans les villes du pays abritant les poules est-on tenté de croire. En effet, depuis le lancement de la Can la fièvre du football ne s’est pas emparée de la totalité de l’intérieur du pays. On en veut pour preuve, Lambaréné, Mouila et Makokou, pour ne citer que ces trois villes, où la Can n’a pas du tout modifié le quotidien des populations. D’ailleurs ce n’est pas faire preuve de mauvaise foi d’affirmer que l’évènement passe là-bas quasiment sous silence. Dans les villes citées plus haut, outre l’installation d’écrans géants, « Hors Stade » par la maison de production Direct Prod, aucun véritable engouement inhérent à la Can.

Sur le plan économique également pas d’innovations. Seuls quelques commerçants vendent des gadgets à l’effigie de la Can. Lesquels commerçants ne réalisent d’ailleurs pas les bénéfices escomptés. Les villes de Lambaréné, Mouila, Makokou n’ont eu droit à aucun pavoisement pour la circonstance. Idem pour les villes environnantes. Quelques écrans géants et affiches rappellent aux touristes et autres voyageurs que le Gabon abrite la Can. Paradoxal, vu que le Gabon est l’organisateur de cette fête continentale du football.

Les raisons ?

D’abord, les stigmates de la dernière élection présidentielle sont encore bien présents dans la conscience collective. A cela s’ajoute les couacs enregistrés sur le plan logistique et communicationnel. Les nuls concédés par les Panthères du Gabon qui viennent d’ailleurs de sortir de la compétition expliquent aussi ce manque d’engouement à l’intérieur du pays.


Michael Moukouangui Moukala

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs