Can 2017 : « Le Burkina croit en ses chances », d’après Sita Sangaré, président de la fédération de football du Burkina Faso

mercredi 18 janvier 2017 Sport


Ce mercredi 18 janvier pour le compte de la 2e journée de la phase finale de la 31e Can de football, le Gabon pays organisateur va batailler contre le Burkina. C’est un match qui s’annonce à enjeu énorme, tant les deux équipes (après les nuls 1-1 obtenus lors de la première journée contre respectivement la Guinée-Bissau et le Cameroun) ont obligatoirement besoin d’une victoire pour asseoir légitimement l’ambition de se qualifier en ¼ de finale. Le Colonel Sita Sangaré, patron de la fédération de football au Burkina en est conscient. Entretien.

Gaboneco (Ge) : M. le président, comment analysez-vous la rencontre de ce mercredi pour la 2e journée de la phase finale de la Can entre le Burkina et le Gabon, pays organisateur de la Can ?

Sita Sangaré (SS)  : Le football n’est pas magique. Les matchs se suivent et ne se ressemblent pas forcément. Pour nous l’essentiel c’est que les étalons doivent demeurer concentrés sur le sujet. Charles Kaboré, le capitaine de l’équipe du Burkina a dit la vérité. Le match de ce mercredi sera forcément dur, parce que samedi dernier en ouverture le Gabon a partagé le nul avec la Guinée Bissau (1-1).Avec ce résultat qui n’était pas attendu par grand monde, le Gabon a déjà le dos au mur. Et si le Gabon ne veut pas être éliminé dès le premier tour, il faut qu’il sorte le grand jeu face à nous. Donc nous sommes déjà prévenus, à nous d’être bien préparés et de trouver la bonne formule et la stratégie pour contrer les Panthères.

Ge : La Guinée Bissau annoncée comme le petit poucet du groupe qui a tenu en échec le Gabon, vous l’affrontez le 22 janvier prochain, est-ce une aubaine pour vous de jouer avec elle à la fin ?

SS  : Non, il faut se méfier des clichés. Toutes les équipes qui arrivent en phase finale de la Can ont du mérite et le niveau. N’oublions pas que la Guinée Bissau est sortie vainqueur d’un groupe dans lequel il y avait la Zambie, champion d’Afrique en 2012, sa place n’est pas usurpée. On doit bien se préparer pour affronter toutes les équipes. Le Burkina va respecter la Guinée-Bissau et va jouer à fond. Nous allons considérer la Guinée-Bissau comme un adversaire sérieux sur la route du second tour.

Ge : Comment vous trouvez l’ambiance de la Can ici à Libreville ?

SS  : Je crois que ça va. L’ambiance me paraît bonne. Tout le monde ici connait le contexte du Gabon. Mais vous voyez bien que cette ambiance ne déteint pas sur la Can. Le football c’est avant tout un spectacle. Et depuis là il y a une bonne ambiance. L’aspect festif est là. Samedi dernier au stade de l’amitié, il y avait beaucoup d’ambiance. On espère simplement que cette ambiance va durer jusqu’à la fin de la compétition. Une phase finale de Can c’est une grande fête. Je vois que tout le monde se mobilise et c’est bien.

Ge : Mr Sita Sankaré, vous-êtes membres du comité d’organisation de la Can de football. Quel est votre rôle concrètement ?

SS : Avant j’étais membre de la commission inter clubs. Qui s’occupe des rencontres de ligue des champions et de la coupe. Aujourd’hui je suis membre de la commission de la Can. Dans la distribution des taches. Cette année la CAF a tenu à ce que les membres des 16 équipes qualifiées restent sur les sites qui hébergent leurs différentes équipes. Nous pouvons entre autres être commissaires de match. Pierre Alain Mounguengui, mon collègue, président de la Fédération gabonaise de football était par exemple le commissaire du match Burkina-Cameroun (samedi dernier 1-1). Je devais me rendre à Franceville pour être le commissaire d’une des rencontres, mais je me suis désisté.


YAO

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs