C’est quoi ces opposants qui vont à la soupe ?

mardi 15 septembre 2015 Politique


Avec le gouvernement Professeur Ona Ondo III, voici que se dessine enfin, vaut mieux tard que jamais, le plan d’Ali Bongo Ondimba d’amener toutes les composantes politiques gabonaises à adhérer à son projet de faire du Gabon un « pays émergent à l’horizon 2025 ». Avec qui et comment ?

Le rêve, cela est bien connu, de plusieurs compatriotes qui crient haut et fort qu’ils sont opposants, c’est bien celui de taper dans l’œil de ‘’l’Emergent en chef’’ afin de se faire comme beaucoup d’autres avant eux une place au soleil.

Avant Mathieu Mboumba Nziengui depuis accusé de collusion avec le pouvoir sans qu’aucune preuve tangible n’ait pu être apportée à cette assertion entretenue, y compris par des militants de sa propre formation politique, l’Union du Peuple Gabonai( UPG) il y a eu dès le début des années 90 dont l’on se sert pour dater l’encrage du Gabon et d’autres Etats africains à la démocratie, le père Paul Mba Abessole, Simon Oyono Aba’a, Jean- Baptiste Obiang Etoughe, Pierre Amoughé Mba et bien d’autres qui ont flirté avec Omar Bongo Ondimba après avoir crié leur hostilité au pouvoir.

C’est qu’en fait, la logique voudrait ici que l’on s’affiche un temps pour ensuite brouiller les cartes et laisser penser que si l’on a accepté l’offre des dirigeants, c’est parce que l’on est mû par le désir d’apporter le bien- être aux Gabonais, argument rejeté du revers de la main aujourd’hui par une bonne frange de la population habituée à se faire flouer selon elle.

 Que comprendre du jeu du pouvoir ?

Ce qui intéresse le pouvoir, c’est plus le fait de colorer l’équipe gouvernementale pour lui donner une prétendue dimension multipartite et nationale, que de travailler à la réalisation du projet de société du chef de l’Etat, « l’Avenir en confiance ». Il est souvent difficile d’expliquer ou de tenter de trouver explication, sauf lorsque l’on est dans les secrets des dieux, à certaines nominations quand on sait les personnalités promues incapables par exemple de faire l’unanimité autour d’elles ou tout simplement de conduire à bien l’action qu’on leur confie pour des raisons bien évidentes parfois.

Tout comme vous aurez de la peine à vous défendre devant l’opinion quand il s’agira de convaincre le grand nombre du positionnement par rapport au pouvoir de pseudo- opposants, même appartenant à des formations politiques dites de gauche. Pour nous en convaincre, la formule courante « l’opposition s’oppose, la majorité gouverne » de tout temps battue en brèche, non pas parce qu’il y a crise comme en 93-94 lorsqu’il a fallu recourir à « la paix des braves », préalable aux accords de Paris, mais tout simplement parce que las d’attendre leur heure, certains opposants, parmi eux ceux de la première heure, ont fini par accepter ce qu’il était difficile d’imaginer comme tel, le rapprochement d’avec le pouvoir sans que l’objectif ultime n’ait été atteint.

 

 L’objectif ultime, lequel ?

L’attitude d’un Jean- de- Dieu Moukagni Iwangou, elle, par contre se comprend puisqu’il a choisi de rester fidèle à ses principes. Il veut, dit- il, d’un Gabon débarrassé de ses oripeaux qu’il veut voir remplacés par des vêtements neufs porteurs d’espoir. Pour lui, partager le même environnement que le pouvoir en ces temps de gouvernance discutable, c’est ce qu’il pense profondément, c’est aller comme qui dirait à Canossa.

Avait- il le choix, le magistrat ? Non, car son histoire devait le rattraper s’il se muait en « homme du pouvoir » bien qu’étant opposant. Personne ne le lui aurait pardonné et sa présence au sein du gouvernement Ona Ondo III l’exposait aux foudres de bien d’autres membres de l’équipe qui s’apprêtaient, même si on ne le dit pas assez, à lui réserver un accueil des plus favorables, à nuancer !

A quand l’ère des opposants qui comme Jean-de- Dieu Moukagni Iwangou refuseront de se « salir les mains » pour être regardés avec respect par des compatriotes qui appellent au changement ?


JGN

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs