Bonne gouvernance : Le PDG est-il le mal du Gabon ?

mercredi 25 octobre 2017 Politique


Question un peu provocatrice, mais qui mérite néanmoins d’être posée au regard de l’actualité. Qu’il s’agisse du chômage, de l’arlésienne de l’alternance politique, de la mauvaise gouvernance ou de tout autre question liée au quotidien des Gabonais, les récriminations, les critiques qui fusent n’épargnent en rien le parti démocratique gabonais, (PDG) au pouvoir. Et les condamnations sont devenues si systématiques que même dans la majorité présidentielle, certains n’hésitent plus assimiler le PDG à un « danger » pour le pays. Comment expliquer cette colère contre le parti au pouvoir ?

Faut-il imputer les maux du Gabon au Parti Démocratique Gabonais, ou du moins, doit-on automatiquement l’incriminer pour la mauvaise gestion du pays ? Les réponses à ces questions sont à trouver dans l’histoire politique de ce parti, vieux de près de cinquante ans. Crée le 12 mars 1968 à Koulamoutou, officiellement par feu le président, Omar Bongo Ondimba, qui venait de prendre le pouvoir en 1967 à la suite de la mort du président Léon Mba, le PDG s’apprête à fêter son cinquantenaire à la tête du Gabon. Et l’impossibilité d’alternance politique enregistrée jusque-là, nourrit dans l’esprit des populations, du moins chez les opposants au régime, une sorte de colère, sinon de haine viscérale contre une organisation politique qui gère sans discontinuer le pays depuis des décennies.

Mais cette certitude d’un Gabon rendu malade par un parti que certains qualifient de parti-Etat, n’est pas l’apanage de la seule opposition. Même dans les rangs du pouvoir, certains n’hésitent plus à désigner du doigt le parti démocratique gabonais comme l’agent responsable de la servitude et de la misère du pays. C’est le cas notamment de Guy Christian Mavioga, Secrétaire exécutif du Bloc démocratique gabonais (BDC), par ailleurs porte-parole de la Majorité Républicaine pour l’Emergence. En effet, lors de la célébration du huitième anniversaire d’Ali Bongo au pouvoir, le 16 octobre dernier, Mavioga a appelé le Président de la République à dissoudre le PDG qui représente à ses yeux, le premier « danger » du Gabon. Même si cette sortie « maladroite » lui a valu une colère disproportionnée des responsables du parti qui le traitent « d’ingrat crachant dans la soupe qui l’a ou le nourri », toujours est-il que Christian Mavioga a dit tout haut ce que certains pensent tout bas.

Le problème est ailleurs

Le PDG, du fait de sa longévité au pouvoir s’est rendu coupable du malheur des Gabonais dans leur propre pays, dont ils estiment qu’il aurait pu leur donner tout ce dont ils ont besoin au regard de ses potentialités. Que le PDG gouverne avec ou sans les autres partis alliés, il reste à leurs yeux, le seul responsable des réussites, mais surtout des échecs du Gabon dans leurs vies. La solution à cette perception haineuse du parti au pouvoir ne réside pas forcément dans sa dissolution comme le réclament certains. Mais dans la remise en question profonde de ses tenants aux affaires. Car ce n’est pas en créant un autre parti sur les cendres du vieux PDG que les choses changeront systématiquement, surtout si les mentalités, l’incurie et les méthodes de gestion du pouvoir restent les mêmes. L’équipe nationale de football en devenant les Panthères n’a pas fait des exploits extraordinaires pour autant.

Au contraire, leurs canines sont devenues tellement émoussées qu’elles n’arrivent toujours pas à dévorer leurs proies, chaque fois qu’il est nécessaire de le faire. De rencontres en rencontres, les déconvenues dans les stades ne cessent pas de s’enchaîner. Le PDG n’a pas forcément besoin d’une messe de requiem ou d’une autre dénomination pour se conformer aux exigences des Gabonais. Il a juste besoin d’une révolution mentale de ses militants aux commandes du Gabon depuis des lustres.


Charles Nestor NKANY

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs