Biosphère : Le Bas-Ogooué au cœur d’un atelier à Libreville !

jeudi 12 avril 2018 Société & environnement


Considéré comme le deuxième plus grand complexe deltaïque d’Afrique subsaharienne, avec une superficie de plus de 800 000 ha et comprenant des écosystèmes divers constituant les habitats de nombreuses espèces endémiques, rares et menacées ou en voie d’extinction, le site du Bas-Ogooué revêt une importance capitale. D’où l’atelier qui s’ouvre ce jeudi 12 avril 2018 à l’auditorium du Ministère des Eaux et Forêt. Les discussions vont porter sur le processus d’inscription au réseau mondial des réserves de biosphère dudit site.

A en croire les organisateurs, l’objectif poursuivi par cette première réunion vise à sensibiliser les différents acteurs en présence dans le bas Ogooué, (Ndlr : pouvoirs publics, communautés locales, entreprises privées etc.) engagés dans des initiatives de développement durable sur la nécessité d’inscrire le Bas-Ogooué au réseau mondial des réserves de biosphère et par la même occasion de mettre en œuvre activement ses fonctions. Organiser des sessions pratiques tout en proposant aux participants de contribuer à l’amélioration de la première version et susciter l’adhésion de l’ensemble des communautés engagées dans l’animation quotidienne des différentes activités de gestion de la future réserve de biosphère. Elaborer une feuille de route qui fixe les activités à mener à l’issue de l’atelier et s’assurer de leur mise en œuvre effective avant le dépôt du dossier.

Pour améliorer la gestion durable de ces écosystèmes humides et disposer d’un appui dans la mise en œuvre des piliers de la convention Ramsar, le Gabon a sollicité le concours du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM). Un don de sept millions cinq cent vingt et un mille dollars (7 521 000 USD), administré par la Banque mondiale, lui a été accordé à cet effet, permettant alors la mise en place du Projet d’Appui à la gestion durable des Zones Humides (PAZH). Par ailleurs, un comité de pilotage, regroupant les deux instances d’exécution à savoir l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN) et le Direction Générale de l’Environnement et de la Protection de la Nature (DGEPN) assure la gestion du projet.

Le PAZH a pour mission d’améliorer la protection de la biodiversité à travers la création de connaissance et la mise en place des mesures de conservation pour une gestion durable de ces écosystèmes dans les quatre zones humides sélectionnées (Bas Ogooué, Monts Birougou, Petit Loango/Setté Cama) sur la liste des sites Ramsar du Gabon. Le PAZH est structuré autour de quatre composantes à savoir l’amélioration de la connaissance et de la surveillance des écosystèmes des zones humides critiques sélectionnées, l’appui à la gestion durable des écosystèmes, le renforcement du cadre institutionnel, la gestion, le suivi-évaluation du projet et la justification.


Pacôme IDYATHA

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs