Bilharziose : Une dangereuse maladie parasitaire

mardi 29 mars 2016 Santé


Présente en Afrique subsaharienne, la bilharziose est l’une des maladies parasitaires constituant un épineux problème de santé publique. Une pathologie peu ou prou connue, pourtant très répandue en Asie, Amérique latine et au Moyen orient.

Appelée parfois Schistosome, la bilharziose est une maladie parasitaire infectieuse causée par le parasite schistosome ou bilharzie. Ces parasites appelés schistosomiases, constituent encore un véritable problème de santé publique au Gabon où on dénombre deux formes : uro-génitale et urinaire, sévissant de manière endémique sur l’ensemble du territoire gabonais. A en croire, le Programme de Lutte contre les maladies parasitaires, situé à l’hôpital des grandes endémies de Nkembo, la bilharziose est présente particulièrement en milieu rural et dans les quartiers sous intégrés des villes. Des quartiers dans lesquels, les populations s’approvisionnent en eaux provenant des rivières et autres eaux stagnantes.

Les eaux de ruissellement de pluie favorisent aussi la propagation du parasite. Les populations n’ayant pas accès à l’eau potable sont des cibles privilégiées de cette pathologie. La prévalence varie entre 22 à 55 % pour le Schistosoma Intercalatum et de 0 à 55 % pour S. Haematobium, selon les régions du Gabon.

La transmission ?

La bilharziose se transmet à l’homme lors des baignades dans les eaux contaminées, pendant les tâches ménagères et aussi pendant les activités professionnelles qui l’exposent à ce genre de maladie. L’homme peut être aussi contaminé par de l’eau contaminée par les urines et les selles d’un malade. Du coup, l’Homme est à la fois le réservoir et l’hôte définitif du parasite. La maladie se manifeste par une hématurie, c’est-à-dire du sang dans les urines, pour la forme urinaire et la diarrhée pour la forme intestinale.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, l’OMS, les complications liées à la bilharziose peuvent être dangereuses, surtout pour la vessie, causant des tumeurs, des cystites et le cancer. Autre organe exposé, l’appareil sexuel. Chez l’homme la maladie se manifeste par une éjaculation douloureuse, hémosperme et chez la femme une ulcération du col et du vagin, hémorragie utérine, avortement spontané et la stérilité. Pire, la bilharziose peut toucher le foie entraînant ainsi une hépatomégalie, une cirrhose du foie et une hypertension portale. Pour stopper la propagation de cette pathologie, le ministère de la Santé demande aux populations d’utiliser les latrines appropriées, éviter tout contact avec de l’eau contaminée et aussi utiliser l’eau potable


MI

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs