BICIG : Attijariwafa Bank reprend les parts de BNP-Paribas

vendredi 8 avril 2016 Economie


Attijariwafa Bank, le Groupe marocain, maison-mère de l’Union gabonaise de banque (UGB) sera bien l’acquéreur des parts de BNP-Paribas qui a annoncé son retrait de la Banque Internationale pour le Commerce et l’Investissement du Gabon (BICIG).

Ce n’est plus qu’une question de jours pour que la nouvelle soit officialisée ! Comme annoncé dans notre article, daté du 1er avril, « Divorce entre BNP-Paribas et la BICIG ? », Attijariwafa Bank, le Groupe marocain, maison-mère de l’Union Gabonaise de Banque (UGB), va acquérir les parts de BNP-Paribas dans le capital de la BICIG. Laquelle nouvelle sera rendue publique d’ici le 20 avril prochain, plutôt que le 27, comme précédemment annoncé. Pour l’heure les modalités d’acquisitions des parts de BNP-Paribas et le montant de la transaction relèvent encore du mystère. Suffisant pour expliquer le fait que certains agents de la BICIG sont anxieux quant à leur avenir au sein de l’établissement bancaire.

Décision politique ?

BICIG cédée à Attijariwafa Bank, la décision relève du politique confient certaines sources proches du dossier. Et pour preuve, depuis belle lurette, l’option du retrait de la BNP-Paribas de la BICIG plane telle l’épée de Damoclès ! Toutefois, pour être affirmatif, il faut attendre la fin des tractations entre le bord de mer et la BNP-Paribas. C’est désormais un secret de polichinelle ou tout comme : BNP-Paribas se retire définitivement du marché gabonais et cède ses parts à Attijariwafa Bank.

L’extraordinaire percée d’Attijariwafa Bank

Dans la sous-région, le leadership se joue entre Ecobank et Attijariwafa Bank. Si le premier établissement financier est réputé pour tenir les rênes de ce marché, d’ici quelques années, cette donne pourrait changer. En effet, alors que la première structure bancaire « dort » sur ses lauriers, la seconde, quant à elle renforce sa présence, avec des acquissions au Cameroun et au Gabon. Certes, les chiffres ne sont pas encore évocateurs, mais les perspectives du groupe marocain sont favorables. Consciente de son positionnement, Attijariwafa Bank mise sur le développement, l’expansion étant sa stratégie fétiche. Après le lancement de son Club Afrique Développement, dédié à l’intégration économique du continent, le groupe a lancé le début du mois dernier, une banque d’investissement Attijari Securities Central Africa (ASCA), dotée d’un capital de 2,3 millions de dollars, exclusivement dédiée aux entreprises de la Communauté économique et monétaires de l’Afrique Centrale, CEMAC.

Pour rappel, en 2006, grâce à sa reconfiguration stratégique, la percée du groupe bancaire marocain s’est matérialisée par l’ouverture d’au moins 235 agences. Malgré cette expansion, comme le soutient un expert dans les colonnes de nos confrères de « Jeune Afrique », « Il n’est pas certain que les positions changent rapidement. A part les banques commerciales, il y a peu d’opportunités d’acquisitions  ».

La banque marocaine a-t-elle bien fait de miser sur le rachat des parts de BNP-Paribas ? Oui, est-on tenté de répondre. En effet, après l’Union Gabonaise de Banque (UGB), le Groupe marocain marque encore plus sa présence dans le pays en devenant le premier réseau bancaire au Gabon.


3M

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs