Axe Ovan-Makokou : Un tronçon meurtrier…

jeudi 23 novembre 2017 Société & environnement


Alors qu’un drame vient de se produire, il y a seulement quelques jours sur la nationale, entre la localité d’Ovan et Makokou dans la province de l’Ogooué Ivindo, l’état de dégradation de ce tronçon routier rappelle l’urgente nécessité de le bitumer.

La route Ovan-Makokou est tout sauf une sinécure ! Avec l’absence du bitume, les cassis résultant du manque d’entretien constant de cette voie garni en latérite causent des séparations, rendant la circulation en voiture pénible. Une dégradation accentuée par le ruissellement des eaux de pluies qui créé par endroit des ravins et autres bourbiers. Une situation résultant de l’arrêt des travaux abandonnés de l’entreprise chinoise FHEC.

Un véritable danger quotidien ! La nuit, l’équation est encore plus complexe, car, seuls les habitués arrivent à y circuler. C’est dans cet axe digne d’un autre âge que trois membres du Parti démocratique gabonais (PDG) ont trouvé la mort, le week-end dernier. D’où l’indignation et les critiques d’une bonne frange de la population. Pour les uns, cet accident qui plonge le Gabon dans un nouveau deuil rappelle peut-être l’urgence de bitumer cette voie alors que les travaux lancés, il y a quelques années sont arrêtés par faute de financements.

Le Premier ministre, Emmanuel Issozet-Ngondet vient d’ailleurs de reconnaître l’urgence de réhabiliter les voies désenclavées du pays notamment celle de Makokou. « Certains tronçons, qui n’avaient pas été bouclés au terme du premier septennat, rencontrent quelques difficultés. Les travaux déjà entamés ont été arrêtés, et les routes se sont dégradées. La route de l’Est, qui comprend un certain nombre de provinces, y compris l’Ogooué-Ivindo, particulièrement Ovan-Makokou, s’est aussi dégradée depuis lors. Les populations attendent du gouvernement, des autorités du pays, que nous fassions des efforts nécessaires pour gérer au mieux cette situation », a-t-il déclaré.

Une attente urgente ! Certes, le bitumage de cette voie n’est pas un gage de sécurité, ni une solution miracle aux accidents routiers dans la zone, mais au moins il permettra de réduire la mortalité sur cet axe.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs