Athlétisme/10 Km POG 2018 : Maxwell Kortek et Caroline Kipkirui au pinacle !

lundi 25 juin 2018 Sport


Avec un temps de 28’03, l’Ougandais Kortek Maxwell a remporté la 2e édition du 10 Km de Port-Gentil chez les hommes au même titre que Caroline Kipkirui du Kenya, vainqueur de la course dame avec un temps de (31’24) en présence d’Ali Bongo Ondimba.

Maxwell Kortek qu ia démarré fort la course a devancé l’éthiopien Belihu Andamlak (28’15) et le champion de l’édition précédente, le kenyan Korio Alex (28’20) pendant qu’en catégorie féminine, Caroline Kipkirui du Kenya, avec un temps de (31’24), a dominé sa compatriote Sandra Tuei Chebet (31’46 ) et l’ougandaise Mercyline Chelangat . Organisée par la société Perenco, la 2e édition des 10 km de Port-Gentil, édition 2018 qui a enregistré la participation de 7140 coureurs âgés entre 20 à 50 ans, n’a pas permis à Maxwell Kortek de battre le chrono de 27 minutes et 48 secondes, détenu par le Kenyan Alex Korio.

« Doté d’un plateau élite très relevé les 10 km de Port-Gentil ont été très difficiles avec un coup de vent défavorable à une course plus rapide. Je n’ai certes pas battu le record de 27 minutes et 48 secondes, mais je suis très content de remporter cette course », a déclaré Maxwell Kortek. Heureuse d’avoir été invitée à cette course, Caroline Kipkirui a dit être très contente d’avoir remporté la course du 10 km chez les dames. « Je suis satisfaite de ma course du jour, surtout que j’ai battu le record de l’année dernière. J’espère revenir prochainement. », a-t-elle déclaré.

En amateur hommes, Mouele Kodo Djessy a conservé son titre, avec un chrono de 32’09, face à ses compagnons de toujours, Marc Titus Nzoghe (33’05) et Opana Lendegue (33’30). Pour Mouele Kodo Djessy, qui n’a pas pu battre son record de l’année dernière, sa contre-performance résulte d’un manque de compétition. Chez les dames, Chancia Olise Mafoumbi Koumba (00 : 44 : 49’’), Merveille Benguet (00 : 49 : 11”) et Thécie Chancia Tsigui (00 : 49 : 25’’) occupent respectivement la première, deuxième et troisième place du podium.

« Le message est clair, nous voulons faire du Gabon une nation sportive. Maintenant. Il faut simplement que les uns et les autres s’y mettent et que ceux qui ne remplissent pas les conditions des cahiers de charge, libèrent la place aux autres. C’est clair. », a déclaré Ali Bongo, satisfait du retour d’une compétition de cette envergure dans la capitale économique. Interrogé sur les plaintes des athlètes en manque de compétitions, Ali Bongo Ondimba a donné son avis sur les présidents des fédérations. « Il faut quand même se poser des questions. Vous êtes à la tête d’un certain nombre de fédération, pendant des décennies il n’y a pas de résultats et vous restez toujours là, ça montre bien qu’il y a un problème. Aujourd’hui, je veux m’attacher aux choses concrètes au profit des gabonais : le sport pour tous ! Nous avons des compétiteurs, donc il nous faut des médailles. C’est comme ça qu’on va nous prendre au sérieux. Les autres le font, il n’y a pas de raisons pour que nous ne puissions pas le faire », a affirmé le président de la République.


Pacôme IDYATHA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs