Assemblée nationale : La XIIIe législature prend ses marques

jeudi 21 février 2019 Politique


La première session ordinaire de l’Assemblée nationale qui marque le début de la XIIIe législature s’est tenue ce jeudi 21 février au sein du Palais Léon Mba. Le Président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi a placé cette législature sous le signe d’une « proximité » avec les populations.

Après huit mois d’inactivité consécutifs à la dissolution de l’institution par la Cour constitutionnelle faute de tenue des élections législative après deux reports successifs, les députés de la XIIIe législature nouvellement élus ont pris leurs marques jeudi 21 février à l’occasion de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale.

Marqué par le désir de servir le peuple conformément aux promesses de campagne des nouveaux députés élus, le Président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi, ancien Secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG) a « fixé le cap de ce que devrait être cette législature  ». Une législature plus proche des populations et engagée à faire en sorte que leurs besoins soient pris en compte. Un prolongement des orientations fixées il y a quelques mois par le directoire du PDG en direction de nouveaux élus qui se relaient dans la chambre basse du parlement, puisque le parti a gagné la possibilité de faire entendre sa voix grâce à sa longueur d’avance (94 sièges/142) lors de la dernière élection législative.

En dépit d’une représentation importante du PDG et de son affiliation à ce parti, le nouveau Président de l’Assemblée nationale entend surtout être « l’homme de la situation » qui fera de cette législature, le cadre approprié au « débat démocratique ». « Nous écouterons tout le monde, compatriotes, amis et partenaires, et nous nous impliquerons résolument dans toute initiative constructive destinée à assainir le climat sociopolitique », a-t-il affirmé dans les colonnes du quotidien d’information l’Union. C’est peut-être dire sans risque de se tromper que la XIIIe législature porte le signe d’un certain renouveau démocratique au Gabon.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs