Art et culture : Préparatifs du festival Fro de Décembre 2015 à Libreville.

samedi 19 septembre 2015 Culture & people


Michèle Berekyah et Monk-e1, originaires du Canada, animent des ateliers de slam et de graffiti, en prélude à un festival qui se tiendra à Libreville en décembre 2015.

 

En en collaboration avec la chanteuse gabonaise Naneth, Berekyah, slameur et tagueur de renom, a lancé le festival Fro « les Fondations reposent sur les origines », axé sur l’art et l’échange culturel.

 

Après trois éditions organisées à Montréal au Canada et une autre en Guyane française, Berekyah et de Monk-e1, ont décidé d’organiser le prochain festival Fro au Gabon, plus précisément à Libreville en décembre 2015. Les préparatifs ont commencés par des ateliers animés par les deux organisateurs de l’évènement dans le but de communiquer et de former les slameurs gabonais. Plusieurs pays participeront à ce festival.

 

Berekyah et ses compagnons, en décembre prochain à Libreville, seront soutenus par d’autres artistes dans leur entreprise d’initiation des jeunes Gabonais aux cultures urbaines. Des ateliers de slam, de danse, de graffiti ainsi des conférences seront animés. Les formations se feront à tous les niveaux de la chaine. Des spectacles seront montés. Les ateliers seront répartis sur cinq sites : Libreville, Bongolo, Lambaréné, Port-Gentil, Mayumba pour permettre au plus grand nombre de jeunes de bénéficier de cette formation et de ces échanges. Aussi, l’on aura une exposition et un grand concert avec des artistes locaux et internationaux.

 

« Il s’agit pour nous de construire ce qui nous inspire et ce qui nous fait rêver et pour cela une coalition de 13 artistes de différents pays sera présente à Libreville. Ils viennent de France, du Canada, de Guyane française et de Belgique », a expliqué la fondatrice de Fro, rappelant qu’il s’agit « d’animer la ville, de le faire avec l’art, de faire entendre ces artistes merveilleux, talentueux et de leur donner une certaine visibilité à travers ces actions, mais surtout de célébrer les origines et les apports de chacun ».

 

« La mondialisation est autant économique que culturelle. Le monde tend à laisser derrière tout ce qui le rend diffèrent. Chaque culture, chaque origine a contribué à l’humanité et chaque culture est une clef. Fro est née de cette idée selon laquelle chacun devrait célébrer et être fier de ce qu’il est, de ce qu’il apporte et qu’on apprend autant des peuples autochtones que des peuples asiatiques. C’est à travers l’art que l’on parle de tout cela, célèbre et redonne une place à des instruments ancestraux, à des traditions pour que nous ne mourrons pas. Les jeunes slameurs seront donc accompagnés de divers instruments de musique », explique Michèle Berekyah, la fondatrice du Festival Fro.

 


AEL

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs