Arriérés de salaire : Quand les retards de paiement occasionnent des décès !

lundi 26 novembre 2018 Economie


Les retards de paiement des salaires de plus en plus observés au Gabon et ce, aussi bien dans le secteur public que privé posent problème. Le décès, le week-end écoulé, d’un technicien d’exploitation d’Africa n°1, Lionel Gaston Ndombi Mbadinga, en constitue la parfaite illustration. Le défunt qui n’a pas réussi à se soigner faute de moyens vu que la radio panafricaine totalise 15 mois d’arriérés de salaire.

Le salaire est le gain versé par un employeur à un employé après un service rendu. C’est tout comme le travail, l’élément comptable qui justifie la relation entre ces deux agents économiques. C’est à ces deux éléments que l’économie dans son sens fonctionnelle, doit son existence. La nécessité de disposer de son salaire apparaît d’emblée comme un droit professionnel fondamental, surtout lorsqu’un contrat est établi. D’une part, pour servir de base d’action à l’agent économique et d’autre part, pour booster le pouvoir d’achat des ménages dont les charges individuelles dépendent. Si les récents bouleversements du cadre macroéconomique ont quelque peu fragilisé la viabilité économique du Gabon en partie à cause de la crise sectorielle du pétrole depuis 2014, la dégradation des salaires et les retards de cet actif a porté un coup fatal au pouvoir d’achat des ménages.

L’accumulation des arriérés de paiement des salaires que l’on soit au privé ou au public est donc désormais une entorse au pouvoir d’achat des ménages. Qu’il s’agisse des institutions de la République ou des entreprises du secteur privé, plus personne n’est à abri de ce fléau économique. Entre 2017 et aujourd’hui, on dénombre dans le pays, pas moins de trois décès connus consécutifs aux mêmes causes. D’abord, il y a eu en 2017, la mort de Claude Horais, chef mécanicien à Robert Services, retrouvé pendu sur son lieu de travail parce que n’ayant pas perçu son salaire depuis huit ans. Ensuite, s’en est suivi en septembre dernier, celui de Pierre Founguès, journaliste et animateur à Radio Gabon qui s’est pendu, car lassé de supporter d’être privé de sa rémunération. Enfin, le plus récent, le décès de Lionel Gaston Ndombi Mbadninga, Technicien d’exploitation à Africa n°1 qui, par manque d’argent a rendu l’âme, car n’ayant pas pu se prendre en charge médicalement.

Alors que le processus de paiement de quatre mois d’impayés, pourtant ordonnancés depuis mai dernier a été bloqué par une main noire, si l’on s’en tient à des sources concordantes du Trésor public.

Pour rappel, les agents de cette boite qui a jadis fait la fierté du Gabon trainent 15 mois de salaires impayés.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs