Ali Bongo Ondimba : les chantiers du nouveau septennat

jeudi 29 septembre 2016 Politique


Si les principaux chantiers du septennat d’Ali Bongo Ondimba étaient connus de tous, rien ne prévoyait qu’Ali Bongo Ondimba s’ouvrirait à des réformes démocratiques, institutionnelles ainsi que constitutionnelles au sortir de sa réélection fortement contestée du 27 août dernier. Des réformes qui s’adjoignent aux chantiers de son prochain septennat.

Il aurait entendu le message du vote des Gabonais. Mais à ce qui semble, le président Ali Bongo Ondimba entend revenir à la constitution de 1990 fortement réclamée par l’opposition gabonaise et qui faisait l’objet d’un refus presque catégorique de la part d’Ali Bongo. La vive contestation de sa réélection est-il un indicateur dans sa décision d’ajouter à ses chantiers, celui des réformes démocratiques, institutionnelles ainsi que constitutionnelles ?

« Qu’il s’agisse des élections à deux tours, de la limitation et de la durée des mandats électifs. Comme je l’ai dit, tout devra être mis sur la table, sans tabou, ni soupçon » a déclaré Ali Bongo Ondimba se voulant dorénavant plus démocrate.

De quoi s’agit-il en réalité ?

Si le retour à une élection à deux tours est aisément compris, l’on s’interroge tout de même sur le fait que les mandats ne seront limitatifs qu’aux seuls élus du peuple sachant que les présidents des institutions sont fortement contestés et récusés par la classe politique ainsi que les citoyens.

En premier, la Cour constitutionnelle que dirige Marie-Madeleine Mborantsouo en compagnie de neuf juges depuis plus d’une vingtaine d’ années avec des rendus fortement critiqués et critiquables. La Cour des Comptes tenue par Gilbert Ngoulakia qui dirige cette institution depuis plus de 20 ans. La CENAP tenue depuis plus de 10 ans par René Aboghé Ella tout aussi contesté pour ne citer que ces trois institutions.

Une limitation de mandat ne s’impose t-elle pas à ce niveau ? A entendre Ali Bongo Ondimba, président réélu, ces réformes seront étendues et concerneront au-delà de celles prévues, la Garde Républicaine, les médias, l’éducation et la formation, la santé, fonction publique etc… « Comme je l’ai dit, tout devra être mis sur la table, sans tabou, ni soupçon » a-t-il déclaré .
Chantier pour lequel le président réélu souhaite la participation des forces vives de la nation autour d’une concertation qu’il souhaite largement étendue. Le tout, pour créer une nouvelle espérance, une solidarité apaisante et un Etat juste autour des valeurs démocratiques et de justice pour l’ensemble des citoyens. « Il n’y pas de fatalité à la pauvreté, au chômage, à la maladie, à la souffrance, et à l’ignorance. Ce sont des combats qu’il nous faut mener » a déclaré le chef de l’Etat d’où « le sens du programme pour l’égalité des chances que je vous ai proposé durant ma campagne » a-t-il ajouté.

Programme à l’adresse des jeunes, des femmes et des personnes vivants avec un handicap. « Pour y parvenir, nous devons investir massivement dans l’éducation et la formation des jeunes, adapté aux réalités économiques, sociale et environnementale pour leur assurer employabilité et épanouissement » a conclu Ali Bongo Ondimba.

Ces réformes démocratiques, institutionnelles, constitutionnelles ainsi que les investissements économiques, sociaux-éducatifs sont le socle des chantiers du nouveau septennat d’Ali Bongo Ondimba.


Tony Muru

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs