Agro-alimentaire : Foberd Gabon se dote d’une nouvelle minoterie

lundi 13 juin 2016 Economie


Le Groupe Foberd Gabon vient de mettre sur pied une minoterie ultramoderne, dénommée « Complexe agro-industriel du Gabon ». Spécialisée dans la production de la farine de blé, de semoule et d’aliments pour bétail, le complexe se positionne comme un créateur d’emplois et une réponse aux difficultés, souvent rencontrées par les boulangers, les éleveurs et les ménages grâce à ses prix compétitifs. Coût de l’investissement : 7 milliards de francs CFA.

Le Groupe Foberd-Gabon vient de porter sur les fonts baptismaux une nouvelle unité industrielle dénommée "Complexe agro-industriel du Gabon", spécialisée dans la production de farine de blé, de semoule de blé et d’aliments pour bétail. Située dans la commune d’Owendo, cette unité industrielle est un joyau architectural dont la construction et la mise en production ont été réalisées par une société turque internationalement reconnue.

Le Complexe industriel comprend des bâtiments aux normes internationales et des équipements ultramodernes de dernière génération, a nécessité plusieurs mois de travail dans la plus stricte discrétion, pour un coût total d’investissement total de 7 milliards de francs CFA.

Pour booster le rendement énergétique du Complexe, un groupe électrogène de relais a été installé, histoire de permettre le fonctionnement normal du complexe, même en cas de coupure. A côté de cela, le Groupe Foberd-Gabon prévoit de recruter et former aux métiers du moulin plus de 200 employés, majoritairement des nationaux, composés d’ingénieurs, de cadres supérieurs, d’agents de maîtrise et d’ouvriers. Ce qui va bien évidemment générer de nombreux emplois directs et indirects.

D’une capacité de production de 300 tonnes par jour encore extensible, le Complexe agro-industriel du Gabon a démarré sa production en avril dernier et a lancé la commercialisation de la farine de blé sur les marchés de Libreville et de l’intérieur du pays sous la marque « Tigresse ». Il envisage, à terme, couvrir tout le marché domestique, avant de se lancer éventuellement à l’assaut des marchés de la Cemac, voire celui de la Cedeao.

« Grâce aux prix compétitifs qu’il pratique et à la qualité des produits proposés, le Groupe Foberd-Gabon participe à dynamiser la concurrence dont se nourrit le modèle économique qui est celui du Gabon. Il participe ainsi au développement de la croissance économique de notre pays, donne de la vitalité à la balance commerciale et contribue de façon notable à la réalisation de la sécurité alimentaire à laquelle le Chef de l’Etat accorde particulièrement du prix. Toute chose qui cadre parfaitement avec la politique de diversification voulue par les plus hautes autorités en vue d’atténuer durablement la forte emprise historique du secteur pétrolier sur l’économie nationale, et dont les conséquences, en cas de replis de leurs prix comme c’est le cas maintenant, affectent la capacité financière de l’Etat et le bien-être des populations  », a indiqué un haut-responsable du ministère des Mines et de l’Industrie.

Pour l’investisseur, le marché gabonais avait besoin depuis longtemps d’une deuxième usine de production de farine afin de sécuriser les approvisionnements locaux en réduisant de manière significative l’écart observé entre la production locale et les besoins du marché local. C’est ainsi qu’en son temps et pour l’encourager, le ministre Christophe Akagha Mba avait visité l’usine alors qu’elle était encore en chantier.

Implication à la diversification économique

Spécialisé dans l’importation et la distribution des matériaux de construction et des produits alimentaires, le groupe Foberd-Gabon, grâce à ses nouveaux projets, se positionne actuellement comme l’un des meilleurs partenaires du Gabon dans le processus de diversification de son économie. Le 11 février dernier déjà, le président de la République, Ali Bongo Ondimba avait inauguré, dans la Zone économique à régime privilégié de Nkok (ZER de Nkok), deux nouvelles entreprises de pointe (« Les Aciéries du Gabon » et « Gaz industriel et médical »).

Ces deux entreprises industrielles qui appartiennent au Groupe Foberd-Gabon ont permis au Gabon d’entrer dans le cercle encore étroit, de la Cemac, des pays producteurs et exportateurs de matériaux ferreux et de gaz industriel et médical. La construction et la mise en exploitation de ces deux structures ont nécessité près de deux années entières de travaux, pour un coût global d’investissement de 26 milliards de francs CFA avec, à la clef, plus de 600 emplois directs et des milliers d’emplois indirects attendus. Mais le groupe n’entend pas s’arrêter là. Il envisage encore plus de projets au Gabon.


3M

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs