Africa n°1 : Epilogue d’un parcours compliqué

mardi 4 décembre 2018 Economie


Activité à l’arrêt, salaires impayés, pour sortir de la situation de longue impasse qui accable le fonctionnement de la Radio panafricaine Africa n°1, le Gabon entend racheter les parts de la Libye, son partenaire historique afin de définitivement régler la question des salaires et parvenir à une liquidation.

La liquidation…, c’est désormais vers cette solution alternative que le Gabon penche pour mettre fin à la crise qui accable le fonctionnement de la Radio panafricaine Africa n°1. Mais pour y parvenir, les autorités doivent avant tout régler deux questions urgentes à savoir : l’achat des parts de la Libye et le paiement des salaires évalué à 15 mois d’arriérés par agents puis, pourrait ensuite s’en suivre la liquidation à proprement parler perçu comme la meilleure équation possible pour cette radio qui éprouve des difficultés de fonctionnement depuis quelques années.

Mais parviendront-ils à leurs fins ? Quand on sait que cette hypothèse ne date pas d’aujourd’hui. En 2008 en effet, la question avait déjà été évoquée sans aboutir à une solution raisonnable du fait du tâtonnement de la Libye dans la démarche, en partie parce que « les clauses qui avaient été signées par les deux parties n’ont pas été respectées par la partie libyenne, qui détenait pourtant 52% de parts de la Radio, contre 35% pour le Gabon, qui a même choisi de récupérer le passif et de piloter le plan sociale tout en continuant à payer les salaires des agents  ». Par-dessus ces manques, les autorités gabonaises entendent bien régler cette question une bonne fois pour toutes.

Pour ce faire, un comité interministériel sera mis en place pour analyser les contours de ce dossier. « Les priorités de ce comité seront d’abord de chercher de l’argent pour racheter les titres libyens, ensuite d’accélérer le plan social, avant la liquidation de cette radio qui est inévitable », prévient le ministre de la Communication, Guy-Bertrand Mapangou.

La finalité pour le Gabon est donc de parvenir à trouver les fonds nécessaires au rachat des titres de la Libye avant de parvenir à un plan social et une privatisation. Mais vu le contexte financier actuel, comment le pays parviendra-t-il à trouver ces fonds ?


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs