Africa Investments Forum & Awards : GSEZ séduit à Paris

lundi 11 décembre 2017 Economie


La Zone spéciale économique à régime privilégié de Nkok (GSEZ), projet porté par le Groupe singapourien Olam et l’Etat gabonais récolte l’assentiment des plateformes telles que l’Africa Investments Forum & Awards et vient de décrocher le trophée d’or du meilleur Projet dans la catégorie Infrastructure Portuaire & Aéroportuaire. Une reconnaissance qui ne voile cependant pas les défis auxquels doit faire face cette zone.

La GSEZ vient d’être reconnu au niveau international comme projet structurant et porteur de développement. Cette entreprise, déclinaison du groupe Olam, vient de décrocher le trophée d’or du meilleur projet africain dans la catégorie Infrastructure Portuaire et Aéroportuaire. C’est à Paris, il y a plusieurs semaines, dans le cadre de l’Africa Investments Forum & Awards que les efforts de mobilisation de GSEZ dans la construction du Port Cargo (Nouveau Port International d’Owendo) et du Port Minéralier au sud de Libreville ont été reconnus.

Le jury, composé d’experts « hautement qualifiés » s’est basé sur un processus de sélection rigoureuse axé notamment sur des catégories diverses. En effet, la cohérence et qualité de l’investissement et son évolution au cours des trois dernières années, la capacité d’innovation et la vision RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) sont les critères qui ont influencé le choix de GSEZ et comme d’ailleurs les autres lauréats sélectionnés et récompensés durant cette cérémonie. Ce prix qui vient récompenser les efforts du groupe Olam et de l’Etat gabonais de doter le pays d’infrastructures de développements modernes et technologiques est le fruit d’un partenariat réussi Sud-Sud. Il n’est cependant pas le premier trophée remporté par l’entreprise. En novembre dernier, Olam avait déjà été désigné par une autre plateforme, Corporate Award, comme « employeur de choix » au niveau national du fait de sa capacité à attirer de nouveaux talents dans ses effectifs.

Emprise économique

Alors que l’environnement économique national se dessèche au point que de nombreuses entreprises ne cessent de plier bagages, Olam, elle, renforce au contraire sa présence avec le développement des nouveaux projets tels que le New Owendo International Port (NOIP) perçu comme un facteur de dynamisation de l’économie gabonaise à moyen et long terme. Ce nouveau port veut en effet, proposer des temps d’escales raccourcis de 25% pour des tarifs raisonnables allant de 30 à 40%. «  Cette nouvelle porte maritime va accélérer les échanges et générer une économie de plusieurs milliards par an qui sera répercutée, in fine, sur les prix proposés aux consommateurs. Nous y veillerons », avait promis le Président de la République, lors de l’inauguration du Port.

En marge de ce projet, le groupe développe également des activités dans l’arrière-pays notamment dans le volet agriculture avec la culture de masse de palmier à huile et de hévéaculture destiné à l’industrialisation. Un pari fou matérialisé sur des milliers d’hectares de forêt qui positionne des localités comme Mouila, comme la « future capitale de l’huile de palme ». Mais l’implantation d’Olam au Gabon tout comme sa stratégie de positionnement sur le marché local inquiète cependant l’opinion même si la présence de l’entreprise donne du souffle à une économie totalement épuisé


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs