Affrontement fratricide à l’UPG : la bagarre qui sonne la fin du parti

mardi 28 juin 2016 Politique


La bagarre qui a éclaté le week-end dernier à Ndendé, fief de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) entre d’un côté les partisans de Mathieu Nziengui Mboumba et de l’autre ceux de Bruno Ben Moubamba, au-delà de la basse politique, sonne définitivement la fin du parti de Pierre Mamboundou. S’il est vrai que l’UPG était jusque-là balkanisée en petites chapelles rivales, depuis la mort de son leader charismatique, il reste que cet affrontement fratricide entre militants est un coup de grâce porté à un malade agonisant depuis près de cinq ans déjà.

Qui l’eut cru ? Les partisans d’un même parti politique se livrent entre eux-mêmes à un véritable pugilat ! Une bataille à mort pour le contrôle du parti. C’est le scénario auquel ont eu droit les populations de Ndendé, qui ont assisté en direct à la bagarre à mains nues entre les partisans du ministre de l’Agriculture, Mathieu Nziengui Mboumba, et ceux de Bruno Ben Moubamba, tous des Upégistes.

En effet, alors que Mathieu Mboumba Nziengui ouvrait le week-end écoulé les travaux du congrès extraordinaire de l’UPG, aux fins de désigner un successeur à son leader, Pierre Mamboundou Mamboundou, décédé il y a cinq ans, Moubamba, qui se réclame de l’aile dissidente, UPG loyaliste est arrivé de façon tonitruante dans la ville, et a tenté d’organiser une contre-manifestation. Conséquence du théâtre, les partisans des deux ailes du parti se sont livrés à des échanges d’invectives, et pour terminer le décor, une bagarre a éclaté entre les deux camps de l’UPG.

Le congrès devait déboucher sur l’élection du Ministre Nziengui Mboumba au poste du président du parti et le soutien à la candidature d’Ali Bongo Ondimba, à la présidentielle du 27 août prochain. Ce que le camp de Moubamba a vu comme une grave trahison de la part du Ministre Mboumba Nziengui, qui selon eux ‘’ a vendu le parti pour des prébendes. Chose que Mamboundou n’aurait jamais faite s’il était encore de ce monde.’’

Lutte pour le contrôle des intérêts

Mais au-delà de cette querelle intestine essentiellement liée au contrôle d’un parti complètement atomisé, il s’agit avant tout d’une lutte pour le pouvoir, et donc pour les intérêts entre deux blocs essentiellement. D’un coté le bloc des soutiens à Ali Bongo, représenté par Mathieu Nziengui Mboumba, qui certainement conscient de la dégringolade du parti a préféré rallié la majorité au pouvoir, histoire de se faire un peu de sous, puisque c’est semble-t-il la préoccupation majeure de tous ceux qui entrent au gouvernement ; et de l’autre celui des radicaux, tenu par Moukagni Iwangou ; Ben Moubamba et tout le reste, bien que ces derniers ne se soient jamais mis d’accord sur l’orientation à donner au parti.

D’où la multiplication des petites chapelles rivales qui se livrent une guerre sans merci pour le contrôle de la formation. Mais cette bagarre fratricide entre partisans d’un même parti à Ndendé, le fief historique de l’UPG revêt en un caractère symbolique : la fin sinon la mort définitive d’un grand malade, qui était jusque là agonisant depuis la mort de son fondateur, Pierre Mmboundou en 2011.

La disparition de Mamboundou a donc signé l’acte de disparition de l’Union du peuple gabonais. Voilà ce qui vient remettre en cause le mode de gestion presque familial des partis politique au Gabon. Lesquels partis ne tardent pas à exploser dès que leur fondateur quitte la terre des vivants. Et la démocratie qui n’a pour socle premier que les formations politiques se trouve ainsi piétinée et malmenée au gré des ambitions personnelles. Ce qui vient donner raison à ceux qui pensent qu’il n’existe pas de parti politique à proprement parler, mais des groupements d’intérêts régis par des gérants, qui une fois morts provoquent la faillite de tout appareil. Démocratie tropicalisée.


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs