Affaire succession d’Omar Bongo Ondimba : Comme le ridicule ne tue pas !

mardi 29 septembre 2015 Speciales


L’union, notre quotidien national, vient une nouvelle fois de nous servir dans sa parution du vendredi 25 septembre 2015, une histoire qui est loin d’honorer la famille présidentielle en tant qu’elle oppose deux enfants de l’ancien chef d’Etat Omar Bongo Ondimba dont l’on aurait intérêt à respecter la parole.

« La parole du mort est sacrée » dit un proverbe africain que l’on retrouve dans la plupart, sinon toutes les cultures sur le continent. En parcourant les communiqués de l’union relatifs aux positions du patriarche Fidèle Andjoua Ondimba et à celles de ses enfants, l’on se rend compte qu’ils prennent pourtant tous conscience d’un fait majeur, que le décédé a toujours voulu que l’unité, la solidarité, l’union et le respect prévalent au sein de la famille pendant et après son existence.

Mais voilà que pour une « banale » affaire d’argent, les fils en viennent à limer couteaux et machettes, façon de parler, pour se régler des comptes en terrain français de surcroit quand on sait la presse hexagonale friande de « chiens écrasés ».

Comme si l’on voulait ajouter à la plume d’un Dougueli, François Soudan ou encore Pierre Péan pour qui le Gabon est la terre de toutes les exceptions. Et pourtant, il se dit bien que le linge sale se lave en famille. Quelle mouche a piqué la petite Onaida Maisha Bongo Ondimba dont le président Ali Bongo Ondimba est le frère aîné sachant ce que le droit d’aînesse représente chez nous ?

 La présentation des photos de sa mère Chantal Myboto Gondjout et de son grand- père Zacharie Myboto prouve à suffisance qu’il sont tous deux complices dans ce jeu qui vise visiblement à tenter d’affaiblir le pouvoir sachant l’année 2016 à laquelle est prévue la présidentielle proche et l’opposition à laquelle ils appartiennent, le Front uni de l’opposition pour l’alternance, FOPA, en train de s’apprêter à faire feu de tout bois en vue de trouver successeur à « Ya Ali ».

Est- il, malgré toute cette argumentation, commode de se saisir d’une telle affaire pour en faire une affaire publique comme si elle ressemblait par exemple à un détournement massif de deniers publics ou une violation de la loi fondamentale ?

 Pourquoi venir exposer une affaire familiale, fut- elle celle de la famille présidentielle, dans des médias comme si c’était là la tribune la meilleure ? Ne voit- on pas le ridicule que cela suscite aux yeux du grand nombre et les conséquences que cela pourrait entrainer sur l’équilibre d’un groupe familial au demeurant uni autour de mêmes idéaux inculqués par feu leur père ?

La honte n’existe- t- elle plus pour amener quelques récalcitrants se comporter de la sorte pour une affaire de succession qui peut susciter moult commentaires ? Franchement, les enfants Bongo Ondimba auraient tous intérêt à nous épargner ce spectacle déshonorant non pas seulement pour la famille stricto sensu, mais aussi pour la famille élargie et pourquoi pas pour le pays. 


JGN.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs