7ème semaine africaine de l’eau : L’Afrique mobilisée au Gabon

dimanche 28 octobre 2018 Société & environnement


Ressource naturelle essentielle à l’équilibre de la vie sur terre, la problématique d’accès des populations à l’eau potable est un problème courant en Afrique. A la recherche des palliatifs à ce problème d’intérêt continental, le Conseil des Ministres Africains en charge de l’Eau (AMCOW) se réunit à Libreville, au Gabon dès le 29 octobre pour échanger sur cette problématique.

En 2030, selon l’Objectif six de développement durable (ODD) formulé par les Nations unies en 2015 et entré en vigueur en 2016, l’accès de tous à l’eau et toutes les commodités qui sous-entendent la question doivent être garanti aux populations de la planète. Trois années plus tard, la problématique d’accès des populations à l’eau potable demeure encore une question complexe sur le continent africain malgré. En effet, selon le Groupe intergouvernemental des experts du climat (Giec), environ 320 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable en Afrique subsaharienne. Elargi aux autres régions du continent, le problème pourrait être plus étendu que cela.

Globalement 50% de la population du continent serait menacée par la difficulté d’accès à l’eau potable. Cela a une incidence sur le PIB du continent dont 5% est affecté par le manque d’eau potable. Pour contrer ces difficultés, des programmes et des fonds d’aides d’accès à l’eau potable dans le continent ont été mises en place sans des résultats concrets. Mais leur déploiement ne peut à lui seul, régler la question dans sa globalité. Le Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (Pida) a été mis en place dans ce sens. Dédié à soutenir les projets dans le domaine de l’eau et l’hydroélectricité dans les zones transfrontalières, le programme se présente comme un palliatif pour régler définitivement la question du manque d’eau. Il devrait d’ici les prochaines années, contribuer à accélérer la matérialisation des projets dans le domaine avec pour objectif une adéquation « eau-aliment-énergie-environnement ». C’est en ce sens que l’Amcow a été invité à soutenir le programme pour son aboutissement en 2063.

Ce déploiement compilé aux actions d’organismes internationaux, partenaires du développement et des gouvernements africains devrait permettre de réduire la fracture en terme d’accès à l’eau potable en affectant par exemple le coût d’achat du mètre cube d’eau jugé élevé dans certaines régions au regard des revenus disponibles des populations. Face à cette question, il faut aussi prendre en compte le gaspillage qui paralyse cette possibilité. La réalisation de la sécurité de l’eau et l’assainissement tels que soutenus par le thème de la 7ème édition de la Semaine Africaine de l’eau paraît plus qu’un impératif continental pour promouvoir les bonnes possibilités.

Organisé en Afrique centrale au Gabon pour la première fois, du 29 octobre au 2 novembre, cette rencontre qualifiée de haut niveau et de portée internationale traduit l’engagement politique des Etats à rechercher collectivement des solutions idoines à la Problématique de l’Eau et l’Assainissement en Afrique. A l’issue de cette rencontre, le Gabon se verra transmettre le flambeau de la présidence de l’AMCOW pour un mandat de deux ans.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs