11 heures chrono dans les wagons de SETRAG : Voyage au bout de l’enfer !

vendredi 30 octobre 2015 Société & environnement


Voyager avec la Société d’exploitation du Transgabonais (SETRAG) relève de la torture. Il vous faut un moral en acier lorsque vous embarquez dans ces wagons. Des wagons mal ou pas du tout aseptisés et qui vous renvoient une odeur de pisse.

 Les wagons du train « Equateur » par exemple sont le parfait symbole de la déchéance, on se croirait dans ces trains de Congo Océan. Si les dirigeants de SETRAG mettent en service ce genre de trains dépouillés de toutes les commodités, c’est qu’ils n’ont aucune considération pour leurs clients. Des wagons qui auraient dû être affectés au transport de tête de bétails, vu leur état, transportent des êtres humains ! On mesure aisément le mépris qu’affichent les patrons de SETRAG.

 En Europe d’où ils sont originaires, pareil désastre est inimaginable. Comme ils sont au Gabon, pays sous-développé, le confort des clients n’est pas leur souci. Après tout, ce ne sont que de pôvres nègres qui ne méritent pas mieux ! Peut-on en conclure. N’est-ce pas Patrick Glass (DG de SETRAG) ?

Lorsque vous vous plaignez de l’état d’insalubrité et cette odeur de pisse partout, on vous répond gaillardement que « GAB-service assure la propreté des lieux à chaque grande gare  ». Si c’est le cas, comment expliquer alors cette odeur de pisse persistante ? N’est-pas curieux ?

En revanche, dans le train « Express », on note un léger mieux qualitatif en termes de confort à bord. Seul hic là-aussi ce sont les toilettes qui sont mal tenues, n’en déplaisent à GAB-service et SETRAG.

Ces wagons en classe VIP, nécessitent au plus vite quelques réaménagements puisqu’à bord on s’ennuie à chier à cause des irrégularités constatées par les clients. Ruinant ainsi la qualité du service à bord. Le petit écran relié au rétroprojecteur nous infuse en boucle et pendant de longues heures, des clips d’une nullité exemplaire aussi bien dans le fond que la forme. Vous êtes obligé de subir tout ça stoïque, les fesses bien enfoncées dans votre banquette. Ceux qui ont en charge la programmation des clips, sont incapables, soit par incompétence ou par mauvaise foi, de proposer aux clients quelque chose de plus intelligent et de mieux élaboré artistiquement parlant.

« Voyager dans les trains de SETRAG est un véritable supplice infernal ! », confiait, très énervé, un client à bord.

A ce désastre infligé aux clients à bord, s’ajoute un autre : les repas proposés aux clients. Des repas fades qui ne donnent pas envie de manger sous peine d’attraper de terribles maux de ventre . Puisque vous n’avez pas le choix, vous vous pliez à cette merde ou vous vous abstenez de toute alimentation.

Abstenez-vous de réclamer des repas chauds souvent vantés par le chef cuisinier lorsqu’il prend la commande. Il ne vous dira pas qu’il n’y en a pas, ce n’est qu’un bluff sinon un argument marketing pour vous faire gaver cette malbouffe ! Vous commandez une entrecôte et on vous apporte autre chose. C’est fréquent ! Puisque vous êtes servis, vous n’avez d’autre choix que de payer en fulminant.

La cerise sur le gâteau de toutes ces incongruités constatées à bord des trains SETRAG, c’est l’alcool qui est interdit à bord.

Les patrons de SETRAG prennent leurs clients sans doute pour des mineurs inconscients au point de les sevrer d’alcool. Vous vous imaginez un patron d’entreprise en classe VIP en Europe être sevré d’alcool ?

Lorsqu’on pose la question au personnel à bord pour comprendre cette terrible disposition anti-alcool, la réponse est d’une idiotie à vous mettre hors de vous : « Nous avons interdit l’alcool à bord parce que l’on avait enregistré des bagarres entre clients bourrés ». C’est même à se demander le travail des agents de sécurité à bord qui passent leur temps à se pavaner d’un wagon à un autre !

« Le supplice infernal »ne prend pas fin avec l’arrivée à destination. Un parcours du combattant vous attend une fois hors des wagons. Vous êtes entassés telles des têtes de bétails pour un contrôle d’identité. Un agent pour des centaines de passagers créant ainsi un bouchon. Passée cette épreuve, vous êtes face aux éco-gardes flanqués d’un chien renifleur. Vos bagages sont soumis à ce contrôle canin. Là aussi, à peine trois éco-gardes et un chien renifleur pour une cargaison de passagers.

Un voyage avec SETRAG, c’est une hausse de tension assurée !


Ernesto Tchombal

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs